Les Emirats célèbrent le lancement de leur sonde vers Mars

526
DR.

Les Emirats arabes unis ont célébré dans les premières heures de lundi le lancement de leur sonde Al-Amal (Espoir) vers la planète Mars, la première mission interplanétaire entreprise par un pays arabe.

Intervenant après deux reports dus au mauvais temps, le décollage de la sonde portée par un lanceur japonais depuis le centre spatial de Tanegashima, dans le sud-ouest du Japon, a été salué par un tonnerre d’applaudissements dans les Emirats.

L’enthousiasme régnait au Centre spatial Mohammed bin Rashid (MBRSC), qui a mené le projet martien des Emirats sur lequel ont travaillé quelque 450 personnes, dont plus de la moitié sont des Emiratis.

Sarah al-Amiri, directrice adjointe du projet et également ministre des Technologies avancées des Emirats, a fait part de son « sentiment indescriptible » au moment du décollage. « C’est le futur des Emirats arabes unis », a-t-elle déclaré à la chaîne Dubai TV.

« Nous attendons le moment de la séparation » de la sonde et du lanceur « et le premier signal » d’Al-Amal, a ajouté la responsable.

 

Lire aussi: Emirats: report du lancement de la sonde « Espoir » vers Mars en raison d’une mauvaise météo

 

Le projet Al-Amal est une source de grande fierté dans les Emirats. Al-Amal envoie « un message de fierté, d’espoir et de paix dans le monde arabe », a déclaré le gouvernement des Emirats sur Twitter. « Nous renouons avec l’âge d’or des découvertes arabes et islamiques ».

Le Burj Khalifa de Dubaï, la plus haute tour du monde, a symboliquement projeté un compte à rebours de dix secondes sur sa façade plusieurs heures avant le décollage.

Al-Amal doit atteindre l’orbite de Mars en février 2021, au moment du 50e anniversaire de l’unification des Emirats.

Les EAU souhaitent que la mission soit une source d’inspiration pour la jeunesse dans le monde arabe.

« Al-Amal appartient à des millions de jeunes de cette région qui veulent du progrès, de l’inspiration et des opportunités. C’est un défi direct à ceux qui veulent réprimer ces aspirations », a tweeté Hend al-Otaiba, directrice des communications stratégiques au ministre des Affaires étrangères des Emirats.