Les auteurs du raid contre des migrants doivent « être traduits en justice », estime Guterres

106

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres « demande une enquête indépendante sur les circonstances » du raid aérien ayant tué mardi 44 migrants en Libye, a indiqué mercredi son porte-parole, Stéphane Dujarric.

Il faut « s’assurer que ses auteurs soient traduits en justice », a-t-il ajouté, soulignant que « les Nations unies avaient fourni la localisation exacte du centre de détention aux parties » au conflit afin d’éviter qu’il ne soit pris pour cible.

Le chef de l’ONU est « indigné » par les informations sur la mort d’au moins 44 migrants et réfugiés, incluant des femmes et des enfants, après des frappes aériennes ayant aussi blessé plus de 130 personnes dans le camp de Tajoura, à l’est de Tripoli, a aussi rapporté son porte-parole.

 

Lire aussi: ONU: le Comité des 24 soutient l'initiative marocaine d'autonomie au Sahara

 

Cet événement « souligne l’urgence de fournir des abris sûrs à tous les réfugiés et migrants jusqu’à ce que leurs demandes d’asiles soient satisfaites ou qu’ils soient rapatriés en sécurité » dans leur pays d’origine, a-t-il par ailleurs indiqué.

 

Lire aussi: Sahara: séminaire à l’ONU sur l’autonomie territoriale et le règlement politique des conflits

 

« Le secrétaire général réitère son appel à un cessez-le-feu immédiat en Libye et au retour à un dialogue politique » pour résoudre le conflit, a enfin affirmé Stéphane Dujarric.

Le raid aérien mené mardi à Tajoura a été attribué par le gouvernement d’union nationale (GNA) aux forces rivales de Khalifa Haftar engagées depuis début avril dans une offensive pour s’emparer de la capitale d’un pays plongé dans le chaos depuis 2011.