Législatives allemandes: le parti de Merkel en tête avec 36% des intentions de vote

87

L’Union chrétienne-démocrate d’Allemagne (CDU), conduite par la chancelière sortante Angela Merkel, et son parti frère, l’Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU), arrivent en tête des intentions de vote des législatives de dimanche prochain.

 

Avec 36% des intentions de vote des législatives de dimanche prochain, l’Union chrétienne-démocrate d’Allemagne (CDU) devance de 13 points ses poursuivant immédiat, le Parti social-démocrate (PSD), selon le dernier sondage de l’institut Forsa Wahlumfrage Zur Bundestagswall.

« La force politique en Allemagne formée par la CDU et son parti frère de la droite conservatrice, l’Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU) obtiendraient 36% des voix, selon les sondages », a affirmé, jeudi à Berlin, la directrice de l’Académie européenne de Berlin, Andrea Despot, dans son exposé devant une pléiade de journalistes étrangers invités en Allemagne à une formation sur « les élections législatives en Allemagne ».

Au pouvoir depuis 2005, le « parti de la chancelière » domine sans surprise cette campagne électorale, jugée « atone » par les médias, mais qui connait toutefois une montée « inquiétante » du parti d’extrême droite, dénommé l’Alternative pour l’Allemagne (AFD), s’approchant pour la première fois du Bundestag.

Les partis en lice abordent la dernière ligne droite avant le jour du scrutin avec, selon la même source, des fortunes diverses en termes des intentions de vote, révélées mercredi dernier. Ainsi, le CDU-CSU compte 36%, devant le PSD (23%), Die Linke (Partie de la gauche, 10%), le Parti libéral-démocrate (FDP, 9%), l’AFD (9%) et Die Grünen (l’alliance 90/les verts, 8%), contre 5% pour les autres partis, selon la même source.

Pour la directrice de l’Académie de Berlin, chacun de ces partis table sur son fief pour rafler le maximum de votes. Ainsi, la CDU jouit d’une grande popularité dans le sud d’Allemagne et reste le parti préféré par les habitants des zones rurales, des personnes âgées de plus de 60 ans, des églises, des hommes d’affaires et des personnes ayant un niveau d’éducation moyen ou bas, alors que le PSD attire traditionnellement le vote de la classe ouvrière et des syndicats.

Die Linke, quant à lui, reste le parti préféré des gauchistes, même si les sondages ont montré, récemment, qu’une bonne partie de ses électeurs a été séduite au cours des dernières années par le « populisme » nationaliste de l’AFD, a-t-elle ajouté.

Les Allemands s’apprêtent à élire, ce dimanche, leurs députés fédéraux, lors de ces élections comptant pour la 19-ème législature de la République fédérale d’Allemagne. Leur choix sera déterminant bien au-delà de leurs frontières, avec les nombreux défis auxquels fait face le pays, notamment, le Brexit, la crise des réfugiés et la question de l’immigration.