Le «scandale Facebook» pousse Cambridge Analytica à la faillite

Credits: AFP

La société britannique Cambridge Analytica a annoncé mercredi avoir cessé «immédiatement toutes ses opérations» au Royaume-Uni. Une procédure de faillite devrait également bientôt être ouverte aux États-Unis.

Cambridge Analytica (CA), la société de conseil au centre de l’affaire de détournement des données d’usagers de Facebook, et sa société mère SCL ont entamé, ce mercredi, «une procédure d’insolvabilité au Royaume-Uni», selon un communiqué de l’entreprise publié sur son site internet et confirmant une information du Wall Street Journal. «La compagnie cesse immédiatement toutes ses opérations», a annoncé SCL, ajoutant qu’«il a été établi qu’il n’est plus viable de continuer à opérer cette activité». Un administrateur indépendant a été désigné. Selon la même source, «une procédure de faillite sera bientôt ouverte» aux États-Unis.
Le Wall Street Journal, qui citait une source non identifiée, écrivait que la décision a été justifiée par le départ de nombreux clients et par le coût de plus en plus élevé des frais de justice liés à l’enquête sur Facebook. La société britannique est accusée d’avoir collecté et exploité sans leur consentement les données personnelles de 90 millions d’utilisateurs de Facebook. Cambridge Analytica avait ensuite travaillé pour la campagne du candidat républicain à la présidentielle américaine de 2016, Donald Trump.
«Au cours des derniers mois, Cambridge Analytica a fait l’objet de nombreuses accusations infondées et, malgré les efforts de l’entreprise pour rectifier les faits, elle a été calomniée pour des activités qui non seulement sont légales, mais aussi largement acceptées comme faisant partie intégrante de la publicité en ligne». «Le siège mené par la couverture médiatique a éloigné presque tous les clients et fournisseurs» de CA, a-t-elle également déploré.