Le premier ministre italien Giuseppe Conte annonce sa démission

à 15:21

Après un discours accusateur à l'encontre du ministre de l'Intérieur Matteo Salvini devant le Sénat, le premier ministre italien Giuseppe Conte a annoncé sa démission.

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a annoncé sa démission lors d'un discours devant le Sénat, alors que l'Italie traverse une crise de gouvernement. Il avait préalablement accusé le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini d'avoir été "irresponsable" et d'avoir uniquement "poursuivi ses propres intérêts et ceux de son parti", en faisant éclater la coalition au pouvoir le 8 août.

Dans un discours solennel au Sénat, le chef du gouvernement a accusé celui qui est aussi son vice-Premier ministre de faire "courir de graves risques à notre pays", en évoquant notamment le danger d'une spirale économique négative.

Motion de censure

La motion de censure déposée par la Ligue, parti d'extrême droite, de Matteo Salvini risque d'empêcher l'adoption du budget de l'Italie dans les temps, a affirmé mardi le président du Conseil italien lors d'une déclaration devant le Sénat. Dans son allocution, Giuseppe Conte a estimé que la crise politique ouverte par son ministre de l'Intérieur obéissait à des intérêts personnels et partisans. «Salvini a montré qu'il poursuivait ses propres intérêts et ceux de son parti», a déclaré Conte dans un Sénat aux travées bien remplies. «Sa décision pose un risque grave pour ce pays». Matteo Salvini, qui compte sur une forte cote de popularité, demande l'organisation d'élections législatives anticipées avec l'espoir de l'emporter et de gouverner seul le pays et non plus dans le cadre du coalition avec le Mouvement 5 Etoiles. Salvini espère renverser le gouvernement auquel il appartient afin d'organiser des élections anticipées à l'automne.

 

Lire aussi: Italie: Salvini fait éclater la coalition populiste et déclenche la crise politique

 

Giuseppe Conte, qui avait été invité par les sénateurs à venir s'exprimer sur cette crise politique, a estimé que la tentative de Matteo Salvini affaiblissait la position de l'Italie dans ses négociations avec l'Union européenne. L'UE s'inquiète notamment de l'importance de la dette italienne qui représente 134% de son produit intérieur brut (PIB) et attend que Rome fasse preuve de mesure dans la préparation de son budget pour 2020.

Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, l'Italie n'a jamais organisé d'élections générales à l'automne, cette période de l'année étant habituellement réservée aux arbitrages sur la loi de finances. Giuseppe Conte a également prévenu qu'il existait désormais un risque de voir s'appliquer une hausse de la TVA qui doit augmenter de manière mécanique en janvier prochain si rien n'est fait pour combler un trou de 23 milliards d'euros.