Le premier diplomate bédouin d’Israël se dit victime d’agression à Jérusalem

2994

Le premier diplomate bédouin de l’histoire d’Israël a été plaqué au sol par un agent de sécurité, qui a ensuite placé un genou sur son cou, dans le centre de Jérusalem, ont rapporté lundi les médias et un ministre israélien.

Ishmael Khaldi, 49 ans, premier diplomate bédouin israélien, qui a été en poste à San Francisco (Etats-Unis) entre 2006 et 2009 avant de devenir conseiller de l’ex-ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, a été pris à partie jeudi dernier à la gare routière de Jérusalem.

Selon la plainte déposée à la police israélienne par le diplomate et à laquelle le quotidien Yediot Aharonot a eu accès, Khaldi prenait un selfie à l’entrée de la gare lorsque des gardes lui ont demandé d’arrêter.

Mais le diplomate a refusé et la situation a dégénéré, selon la presse locale. « Un vigile m’a mis le genou sur le cou, j’ai crié que je ne pouvais plus respirer », a raconté le diplomate, cité par le Yediot Aharonot.

Selon le directeur de la gare routière, le diplomate avait essayé de « faire de la provocation » et refusé le contrôle exigé à l’entrée de ce lieu public, suscitant ainsi l’intervention des gardes.

 

 

Lire aussi: UE et annexion Cisjordanie: Israël reçoit l’Allemand Maas en éclaireur

 

 

« Ce matin, j’ai parlé à Ishmael Khaldi, un diplomate de longue date et estimé, à la suite de l’incident violent qu’il a vécu à la gare routière de Jérusalem, et je lui ai offert tout mon soutien », a réagi lundi sur Twitter le chef de la diplomatie israélienne Gabi Ashkenazi.

« Il n’y a pas de place dans la société israélienne pour la violence », a ajouté le ministre.

Pays de neuf millions d’habitants, Israël compte environ 1,8 million d’Arabes (20%), dont plus de 250.000 Bédouins qui vivent principalement dans le désert du Néguev (sud). Les leaders de la minorité arabe israélienne dénoncent régulièrement des discriminations par rapport à la majorité juive du pays.

En août dernier, un diplomate israélien issu de la communauté druze, autre minorité arabe, avait jeté un pavé dans la mare en disant avoir été humilié par les agents de sécurité à l’aéroport international de Tel-Aviv.