Le coronavirus dépasse les 3.000 morts, l’économie mondiale en berne

289

L’épidémie de nouveau coronavirus, qui a dépassé lundi le bilan de 3.000 morts dans le monde, continue d’avoir de sérieuses conséquences à travers la planète, notamment économiques avec un risque de récession en Allemagne et en Italie et une baisse de la croissance mondiale.

En Chine, où le virus est apparu fin 2019, les autorités ont annoncé lundi 42 nouveaux décès, portant le bilan de la maladie dans le pays à 2.912 morts et dans le monde à plus de 3.000. Les 202 nouveaux cas signalés lundi en Chine continentale constituent toutefois la plus faible augmentation quotidienne depuis fin janvier.

Mais si l’épidémie de Covid-19 semble faiblir en Chine, où des mesures de quarantaine draconiennes visent plus de 50 millions de personnes, elle continue de s’aggraver dans plusieurs pays.

 

Lire aussi: Coronavirus: deux nouveaux cas confirmés en Algérie et un second en Egypte

 

Un second cas a été signalé lundi en Egypte, pays qui avait annoncé mi-février le premier cas sur le continent africain. Cette annonce survient alors que les touristes sont de retour dans le pays après plusieurs années difficiles liées aux troubles qui ont éclaté après la révolte de 2011.

Le porteur de la maladie est un ressortissant étranger dont la nationalité n’a pas été précisée.

Nouveaux décès

Un deuxième décès a également été annoncé aux Etats-Unis où 21 cas ont été recensés, auxquels s’ajoutent 47 malades rapatriés de l’étranger. Plusieurs patients diagnostiqués ces derniers jours n’avaient aucun lien connu avec un foyer de l’épidémie, ce qui laisse à penser que la maladie commence à se propager sur le sol américain, encore très épargné.

En Italie, quelque 500 nouveaux cas ont été recensés dimanche, un bond spectaculaire qui porte le nombre de contagions à près de 1.700 dans le pays. Cinq nouveaux décès ont par ailleurs été rapportés, portant le bilan à 34 morts dans la péninsule, toujours dans trois régions du nord du pays: Lombardie, Emilie-Romagne et Vénétie.

 

Lire aussi: Championnat d’Italie: cinq matches reportés à cause du Coronavirus

 

Quant à la Corée du Sud, deuxième pays le plus touché après la Chine, elle a recensé lundi près de 600 cas supplémentaires et huit nouveaux décès, pour un total de plus de 4.300 contaminations, dont 26 mortels.

Le leader du mouvement religieux lié à la moitié des cas de coronavirus en Corée du Sud a présenté ses excuses pour la responsabilité de son organisation dans la propagation de l’épidémie.

La Thaïlande, qui a enregistré 43 cas de contamination, a fait état lundi de son premier décès, un Thaïlandais de 35 ans qui souffrait également de la dengue.

Risque de récession

L’épidémie fait par ailleurs redouter une crise économique d’ampleur planétaire. Le commissaire européen chargé du Marché intérieur, Thierry Breton, a évoqué un risque de récession en Allemagne et Italie en début d’année.

L’OCDE a ramené lundi sa prévision de croissance planétaire de 2,9% à 2,4% et mis en garde contre un scénario encore plus noir si l’épidémie devait s’aggraver.

Les marchés ont subi la semaine dernière leur plus forte dégringolade depuis la crise financière de 2008. Mais la Bourse de Tokyo s’est reprise lundi ainsi que les places chinoises.

 

Lire aussi: Coronavirus: le FMI assure que des plans d’urgence sont prêts pour aider les pays

 

L’indice vedette Nikkei, qui avait lâché près de 10% sur l’ensemble de la semaine dernière, a regagné 0,95%. Shanghai a pris 3,15% et Hong Kong 0,62%.

Face à l’impact du coronavirus sur la croissance mondiale, les ministres des Finances du G7 et ceux de l’Eurogroupe s’entretiendront cette semaine par téléphone pour « coordonner leurs réponses », a annoncé le ministre français, Bruno Le Maire.