Le chef de Podemos nommé vice-président par Sanchez

162
Crédits: AFP/

Le dirigeant du parti de gauche radicale Podemos, Pablo Iglesias, sera l’un des quatre vice-présidents du gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sanchez, en charge des Droits sociaux, a confirmé officiellement jeudi l’exécutif.

« Le gouvernement que préside Pedro Sanchez comptera une vice-présidence aux Droits sociaux et à l’Agenda 2030, qui sera occupée par Pablo Iglesias », ont confirmé les services du chef du gouvernement dans un communiqué.

Les États membres de l’ONU avaient adopté en 2015 un programme de développement durable à l’horizon 2030, intitulé Agenda 2030, visant notamment à éradiquer la pauvreté.

Iglesias, docteur en sciences politiques de 41 ans, avait évoqué la nécessité de « protéger les droits sociaux et les services publics » comme l’une des grandes orientations du nouveau gouvernement d’union de la gauche, dans un entretien mercredi au média eldiario.es.

Le gouvernement fait valoir qu’il comptera par ailleurs trois femmes vice-présidentes.

L’actuelle numéro deux du gouvernement, la socialiste Carmen Calvo, le restera. Elle sera en charge de la Présidence et des relations avec le Parlement et se voit également attribuer la question sensible de « la mémoire démocratique », en rapport avec les victimes de la Guerre civile (1936-39) et de la dictature de Franco (1939-75).

L’actuelle ministre de l’Economie Nadia Calviño est promue vice-présidente, chargée de coordonner les Affaires économiques et la Transformation numérique.

L’actuelle ministre de l’Environnement, Teresa Ribera, assume la quatrième vice-présidence, centrée sur la Transition écologique et l’Enjeu démographique, alors que le gouvernement juge prioritaire de lutter contre la dénatalité et le dépeuplement, en réponse aux revendications des habitants dits de « l’Espagne vide ».

La députée de Podemos Irene Montero, compagne de Pablo Iglesias, entrera au gouvernement comme ministre de l’Egalité, selon la même source.

Le gouvernement comptera trois autres ministres qui sont membres ou proches de la coalition électorale de gauche radicale Unidas Podemos: l’ancienne avocate Yolanda Díaz, militante communiste, sera ministre du Travail, l’élu communiste Alberto Garzon ministre à la Consommation, et le sociologue Manuel Castells ministre des Universités.

Le reste de la composition du gouvernement doit être annoncé « dans les prochains jours », ont indiqué les services de Sanchez.

Le socialiste a obtenu mardi d’extrême justesse la confiance des députés (167 voix pour, 165 contre, 18 abstentions) pour se maintenir au pouvoir, ce qui a mis fin à de longs mois de paralysie politique. Son gouvernement sera le premier de coalition en Espagne depuis la fin de la dictature franquiste en 1975. Le pays n’a pas connu de gouvernement d’union de la gauche depuis la Seconde république espagnole (1931-39).