L’artisan de la crise entre le Maroc et le Hezbollah condamné aux Etats-Unis

Un homme d’affaires libanais considéré comme un « important contributeur financier » du Hezbollah, Kassim Tajideen, a été condamné à cinq ans de prison et 50 millions de dollars d’amende aux Etats-Unis pour avoir contourné des sanctions américaines, a annoncé jeudi le ministère de la Justice.

Tajideen, 63 ans, originaire de Beyrouth, avait été expulsé du Maroc vers les Etats-Unis en 2017.

Engagé dans le commerce de matières premières au Moyen-Orient et en Afrique, il avait été désigné comme un « important contributeur financier » d’une organisation « terroriste » en mai 2009 en raison de son soutien au mouvement chiite libanais, considéré par les Etats-Unis comme une organisation terroriste depuis 1997, et qui combat en Syrie aux côtés du régime du président Bachar al-Assad.

 

LIRE AUSSI: Le Maroc rompt ses relations avec l’Iran à cause du Hezbollah

 

Cette désignation lui interdisait d’être impliqué dans des transactions avec des Américains, mais M. Tajideen était accusé d’avoir continué de faire affaire avec des entreprises américaines.

Il avait plaidé coupable en décembre 2018 d’avoir « conspiré avec au moins cinq autres individus pour conduire plus de 50 millions de dollars de transactions avec des entreprises américaines violant ces interdictions », avait indiqué à l’époque le ministère.

Sa condamnation « est le dernier exemple public en date des efforts du ministère de la Justice pour perturber et démanteler le Hezbollah et ses réseaux de soutien », a affirmé le ministre de la Justice adjoint Brian Benczkowski.

 

LIRE AUSSI: L’Iran et le Hezbollah réagissent aux accusations du Maroc