L’armée jordanienne abat cinq suspects à la frontière syrienne

52

Les gardes-frontières jordaniens ont tué cinq personnes et arrêté deux autres qui tentaient de s’infiltrer dans le pays depuis la Syrie voisine, a indiqué l’armée dimanche.

« Au cours des 72 dernières heures, les gardes-frontières ont repoussé neuf voitures qui essayaient de s’infiltrer dans le territoire jordanien à travers le point de passage d’al-Tanaf », a souligné dans un communiqué l’armée.

Le texte précise qu’après une première riposte des gardes-frontières, les véhicules se sont retirés en direction du territoire syrien, mais un pickup et deux motos sont réapparus quelque temps plus tard.

Les gardes-frontières ont alors de nouveau tiré, tuant cinq personnes et détruisant leurs véhicules.

Par ailleurs, le communiqué précise que les gardes-frontières ont déjoué une tentative d’infiltration de deux personnes en provenance de Syrie et les ont arrêtées.

Le 3 juin, l’armée jordanienne avait annoncé avoir repoussé une attaque « de combattants terroristes en provenance de Syrie » au point de passage frontalier d’al-Rokbane, tuant « tous les assaillants ».

En juin 2016, un attentat suicide contre l’armée dans la région d’Al-Rokbane avait coûté la vie à sept de ses hommes.

Quelques heures après cette attaque revendiquée par le groupe Etat islamique (EI), l’armée jordanienne avait déclaré ses frontières avec la Syrie « zone militaire fermée ».

Plus de 650.000 réfugiés syriens sont enregistrés auprès du Haut commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR) en Jordanie, qui partage avec la Syrie quelque 370 kilomètres de frontière. Mais les autorités jordaniennes évaluent leur nombre à plus d’un million.

Le royaume participe depuis 2014 à la coalition internationale conduite par les Etats-Unis contre l’EI, qui sévit en Syrie et en Irak.