L'Aquarius privé de pavillon: 2 ONG dénoncent "la pression" de l'Italie sur le Panama

118

SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF) ont vivement dénoncé aujourd’hui « la pression » exercée par le gouvernement italien sur le Panama pour qu’il retire son pavillon à l’Aquarius, navire humanitaire affrété par les deux ONG.
Les autorités maritimes panaméennes ont annoncé hier qu’elles allaient retirer son pavillon à l’Aquarius, déjà privé de pavillon par Gibraltar, pour « non-respect » des « procédures juridiques internationales » concernant le sauvetage de migrants en mer Méditerranée.
« Cette révocation résulte de la pression économique et politique flagrante exercée par le gouvernement italien et condamne des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants en fuite à rejoindre le cimetière marin qu’est devenu la Méditerranée », a dénoncé MSF dans un communiqué. « Elle porte un coup violent à la mission humanitaire vitale de l’Aquarius, le seul navire de recherche et de sauvetage non gouvernemental encore présent en Méditerranée centrale ».
Joint par l’AFP, le ministère italien des Affaires étrangères n’a pas souhaité réagir dans l’immédiat.
« L’équipe de l’Aquarius a été choquée d’apprendre (samedi) qu’une communication officielle émanant des autorités panaméennes, indiquait que le gouvernement italien les avait exhortés à prendre des +mesures immédiates+ contre l’Aquarius », indique MSF.
L’Aquarius interdit d’accostage dans les ports italiens
Les autorités maritimes du Panama ont expliqué que l’Aquarius devait « malheureusement être » exclu de leur registre car maintenir ce pavillon impliquerait de sérieuses difficultés politiques pour le gouvernement panaméen et pour la flotte panaméenne qui travaille dans les ports européens ».
Selon le Panama, la principale plainte émane des autorités italiennes, selon lesquelles « le capitaine du navire a refusé de renvoyer des migrants et réfugiés pris en charge vers leur lieu d’origine ».
SOS Méditerranée et MSF « dénoncent ces actions comme une preuve supplémentaire du jusqu’au-boutisme du gouvernement italien qui choisit sciemment de laisser les gens se noyer en mer Méditerranée, et cherche à se débarrasser des derniers témoins de ces naufrages ».
Les deux organisations humanitaires « insistent de nouveau sur le fait que l’Aquarius doit être autorisé à poursuivre sa mission de secours humanitaire », poursuit MSF.
L’Aquarius, qui avait repris ses activités de sauvetage cette semaine en Méditerranée après une escale forcée de 19 jours faute de pavillon, a secouru 11 migrants jeudi au large de la Libye. Le navire cherche désormais un port pour les débarquer, après avoir refusé de les ramener en Libye.
Depuis juin et la décision du ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, de fermer les ports italiens aux migrants, l’Aquarius est interdit dans les ports italiens où il accostait habituellement.