H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelle.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Tombé en ruine après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, l’ancien quartier général du dictateur libyen est squatté par des dizaines de familles, devenant le symbole de la crise de logement qui affecte Tripoli.

    Surmontée de citernes d’eau et d’antennes paraboliques, l’épaisse clôture métallique qui protège Bab Al-Aziziya, l’ancien complexe fortifié de Kadhafi, semble interminable. Devant la porte d’entrée, des voitures vont et viennent tandis qu’à l’intérieur, des jeunes Libyens tapent dans un ballon.

    Rasé par les bombardements de l’Otan en 2011 puis vandalisé par les rebelles, l’ancien QG est en grande partie en ruine, mais toute une zone de l’enceinte a été transformée en véritable quartier résidentiel par des familles alors sans logement.

    Elles vivent dans des dizaines de maisonnettes naguère occupées par des soldats ainsi que les villas d’anciens hauts gradés, construisant parfois de manière rudimentaire des garages et d’autres bâtiments.

    En tout, des « centaines » de Libyens sont venus vivre « après la révolution » dans cette zone auparavant réservée aux militaires, raconte Bachir, 68 ans. Lui-même vit depuis 2012 dans une maison de 400 m2 qu’il a restaurée.

    « Je ne me plains pas », dit-il en tirant sur sa cigarette, un béret vissé sur la tête. Mais « ça m’a coûté cher. La maison avait brûlé, ça m’a pris un an pour la rénover », ajoute-t-il.

     

    – « Je ne partirai pas » –

     

    Ancienne résidence personnelle de Kadhafi et QG de l’ancien régime, l’enceinte érigée au début des années 80 et renforcée après le bombardement américain de 1986 s’étend sur 6 km. Située dans la banlieue sud-ouest de Tripoli, elle comprenait un zoo, une piscine, une caserne et même des tentes, Kadhafi ayant toujours assuré suivre le mode de vie bédouin.

    La forteresse comportait aussi des tunnels qui permettaient au colonel de se déplacer discrètement à travers Tripoli.

    Après la chute du régime, les autorités de la transition ont songé à le reconvertir en zone verte, en parc d’attraction ou encore en monument à la mémoire des « martyrs », mais le chaos politique qui a suivi a enrayé tout projet.

    Les familles qui s’y sont installées vivent sous la menace d’une expulsion alors qu’à Tripoli, les pelleteuses rasent les constructions anarchiques qui ont fleuri au fil des ans.

    Selon des informations obtenues par l’AFP, les autorités envisagent désormais de transformer l’ancien QG en lieu de promenade.

    « Je ne partirai pas », tempête Hassan, dont le prénom a été changé à sa demande et qui a dépensé l’équivalent de 27.000 euros pour rénover sa maison.

    « Elle était dans un état lamentable, sans portes ni fenêtres », se souvient le quadragénaire qui s’y est installé « quand Kadhafi était vivant, peu avant sa capture ».

    Dix ans après la traque mortelle du dictateur dans son fief de Syrte (nord-centre) en octobre 2011, la situation politique du pays reste instable, après des années de violences et d’affrontements entre factions ennemies.

    Le quotidien des Libyens reste marqué par d’importantes pénuries de liquidités, d’essence, d’électricité, auxquelles s’ajoute une crise du logement. Avec un salaire minimum qui varie entre 450 et 600 dinars (75 à 100 euros) pour les fonctionnaires et un secteur bancaire à la traîne, il est très difficile d’obtenir un prêt immobilier.

    « Les logements sont rares, les chantiers à l’arrêt et les prix ont flambé », résume Bachir.

    « Avant la révolution, se loger était possible, il y avait moins de monde (à Tripoli, NDLR). Aujourd’hui, un petit appartement coûte autour des 400.000 dinars (75.000 euros). Où trouver cet argent? », lance-t-il.

     

    – « Logement décent » –

     

    « La situation sécuritaire a poussé les entreprises étrangères de construction à partir, laissant en chantier quelque 200.000 logements », explique l’économiste Kamal Al Mansouri.

    « Avec la croissance démographique couplée à la pression sur les grandes villes en raison des déplacements dus aux combats, il est devenu difficile de trouver un logement décent », souligne-t-il.

    Les affrontements autour de la capitale et les violences sanglantes dans l’Est ont mis sous pression Tripoli, qui a vu affluer des dizaines de milliers de familles affectées par la guerre.

    « Les prix des loyers ont plus que doublé en dix ans », constate un agent immobilier à Tripoli.

    Récemment installé pour mener la transition d’ici la tenue d’élections législatives en décembre, le nouveau gouvernement a fait de l’amélioration du quotidien et la reconstruction du pays sa priorité.

    Share.

    Comments are closed.