« L’Algérie est en situation de sécheresse », alerte un chercheur

2534

L’Algérie vit actuellement une période de sécheresse et il y a un manque d’eau pour le début de la campagne agricole, a déclaré mercredi le professeur Mouhouche de l’École supérieure d’agronomie d’Alger sur les ondes de la Chaîne III.

L’Algérie est un pays naturellement désertique et non pas aride ou semi-aride, selon l’intervenant qui a rappelé que le pays avait une très faible pluviométrie. « La moyenne annuelle de l’Algérie du point de vue de pluviométrie est de 89 mm et par principe un pays qui a moins de 100 mm en moyenne de pluie par an est considéré comme désertique », indique-t-il.

« Il faut différencier entre le stress hydrique et la sécheresse », dit-il, expliquant que la sécheresse est un manque d’eau pluviométrique ou de réserve, de surface ou souterraine, alors qu’un stress hydrique s’applique à quelque chose de vivant.

Selon la FAO, l’Algérie est classée parmi les pays les plus pauvres en eau parce qu’elle ne dispose que de 11,5 milliards de mètres cubes d’eau renouvelables par an. Ce qui donne 290 ou 292 m3 par personne et par an d’eau renouvelable, alors que la moyenne mondiale est de 6000 m3.

La situation s’est aggravée par les pratiques quotidiennes comme le gaspillage de l’eau par les ménages, sa mauvaise utilisation mais aussi le prix auquel elle est cédée au consommateur, relève la même source, notant que « le problème de manque d’eau en Algérie n’a pas commencé avec les changements climatiques. Il a toujours existé et il existera toujours ».