La Turquie veut « accroître le nombre de ses amis » (Erdogan)

306
Crédit: AFP.

Le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé mercredi que la Turquie souhaitait accroître « le nombre de ses amis » et transformer la région en « un îlot de paix », poursuivant son offensive de charme pour sortir son pays de son isolement croissant sur les scènes régionale et internationale.

« Nous sommes décidés dans la période à venir à transformer notre région en un îlot de paix en accroissant le nombre de nos amis et en réglant les hostilités », a-t-il affirmé lors d’un congrès de son parti islamo-conservateur, l’AKP, à Ankara.

« La Turquie n’a pas le luxe de tourner le dos ni à l’Occident ni à l’Orient », a ajouté M. Erdogan, qui mène, après des mois voire des années de tensions, une offensive de charme envers ses alliés occidentaux et des rivaux régionaux avec qui Ankara était en froid comme l’Egypte.

« Nous sommes convaincus qu’il n’existe aucune question que nous ne pouvons résoudre avec les pays qui respectent nos intérêts nationaux », a-t-il poursuivi.

Les relations entre la Turquie et ses alliés occidentaux ainsi que des pays de la région ont été tendues à cause de nombreux contentieux, notamment au sujet du partage des ressources énergétiques en Méditerranée, les interventions d’Ankara en Syrie et en Libye et son soutien à des mouvements issus de l’islam politique.

Mais Ankara multiplie depuis le début de l’année les gestes visant à apaiser les tensions.

« Nous allons continuer à bâtir nos relations avec tous les pays, des Etats-Unis à la Russie, de l’Union européenne au monde arabe en fonction des intérêts de la Turquie et des attentes de notre peuple », a ajouté M. Erdogan.

 

Lire aussi: Turquie: Erdogan appelle au boycott des produits français

 

Malgré l’explosion des cas de coronavirus en Turquie, la salle où le congrès a eu lieu était pleine à craquer, avec la participation des délégués venus des quatre coins du pays et qui semblaient ignorer les mesures de distanciation sociale.

M. Erdogan a aussi tenté de rassurer les marchés après la dégringolade de la livre turque consécutive au limogeage du chef de la Banque centrale.

« Les fluctuations récentes survenues dans les marchés ne reflètent pas les fondamentaux, les vrais dynamiques et le potentiel de l’économie turque », a-t-il estimé.

Il a aussi appelé les citoyens à puiser dans leur bas de laine en investissant sur le marché local leurs éventuelles économies en devises ou en or.

« Je voudrais que mes concitoyens puissent reverser dans l’économie et la production les devises étrangères et l’or qu’ils ont chez eux en les investissant dans divers produits financiers », a-t-il dit.