La résurgence de l’EI en Irak et en Syrie inquiète le roi de Jordanie

126

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) se réinstalle dans le sud-est de la Syrie et dans l’ouest irakien, s’inquiète lundi dans un entretien à la chaîne de télévision France 24 le roi de Jordanie Abdallah II, attendu ces prochains jours à Bruxelles, Strasbourg et Paris.

Pendant sa visite, le souverain jordanien compte également aborder avec ses partenaires européens la meilleure façon de « faire baisser la température » dans la région, en proie à des tensions entre Téhéran et Washington.

« Ce qui m’inquiète le plus, c’est la résurgence et la montée en puissance de l’EI au cours de l’année, pas seulement dans le sud-est syrien mais aussi dans l’ouest de l’Irak », a-t-il affirmé à France 24.

« Cela va devenir un problème pour Bagdad, et nous devons être là pour aider les Irakiens à gérer cette menace pour nous tous, pas seulement pour la région mais aussi pour l’Europe et le monde entier », juge-t-il.

Au menu des discussions avec les Européens figureront aussi les tensions entre Téhéran et Washington. « Jusqu’à présent, il semble que nous assistions à une désescalade. Nous espérons que cette tendance se poursuivra », souligne le roi Abdallah.

« Ce qui se passera à Téhéran aura des conséquences pour Bagdad, Amman, Beyrouth, et pour le processus de paix israélo-palestinien », fait-il valoir, en espérant que « dans les prochains mois, nous pourrons trouver le ton juste pour la région, afin de faire baisser la température ».

Soutien inconditionnel au maréchal Haftar

Concernant la Libye, où un cessez-le-feu à l’initiative de la Turquie et de la Russie est entré en vigueur dimanche après plus de neuf mois de combats meurtriers aux portes de la capitale Tripoli, le roi Abdallah dénonce « le renfort de combattants étrangers venus de Syrie ».

« Plusieurs milliers de combattants étrangers ont quitté Idlib par la frontière nord (de la Syrie, ndlr) et sont arrivés en Libye », assure-t-il. Ce sujet « fera l’objet d’une discussion importante au cours des prochains jours » avec les Européens.

La Jordanie est avec les Émirats arabes unis sur la liste des pays qui ont violé l’embargo sur les armes imposé depuis 2011 à la Libye et envoyé des équipements militaires au maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est libyen qui tente depuis avril 2019 sans succès de s’emparer de Tripoli, selon un récent rapport d’experts de l’ONU sur la Libye.

La Turquie qui a apporté ouvertement son soutien au gouvernement du Premier ministre Fayez al-Sarraj, a elle fourni du matériel à ses troupes, allant des véhicules blindés aux drones, selon des sources diplomatiques.