La France demande à Israël de ne pas expulser Salah Hamouri

1577

La France a demandé dimanche à Israël de surseoir à l’expulsion de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri et d’autoriser sa famille à le rejoindre à Jérusalem, ont indiqué des sources diplomatiques à l’AFP.

Jeudi dernier, le ministère israélien de l’Intérieur avait informé M. Hamouri de « son intention (…) de révoquer son statut permanent en Israël », ouvrant ainsi la voie à son expulsion du pays.

Né à Jérusalem de mère française et de père palestinien, M. Hamouri avait été emprisonné entre 2005 et 2011, un tribunal israélien l’ayant reconnu coupable d’un projet d’assassinat d’Ovadia Yossef, ancien grand rabbin d’Israël, fondateur du parti ultra-orthodoxe Shass et défunt père de l’actuel grand rabbin du pays.

Palestinien né à Jérusalem, ville dont la partie orientale a été annexée par l’Etat hébreu en 1967, M. Hamouri n’a pas la nationalité israélienne mais un permis de résidence. Or ce permis peut, ce qui est rare, ne pas être renouvelé par les autorités.

Et c’est ce que le ministre de l’Intérieur, Arié Dery, figure de proue du parti Shass, a fait en demandant jeudi la révocation du statut de M. Hamouri qui a désormais un peu moins d’un mois pour interjeter appel.

A la « demande » du Quai d’Orsay, l’ambassadeur de France en Israël, Eric Danon, a effectué dimanche « une démarche » auprès du ministère des Affaires étrangères israélien afin de « demander » à ce que M. Hamouri puisse « demeurer à Jérusalem » et aussi « permettre à sa famille de le rejoindre », a indiqué à l’AFP le service de presse de l’ambassade de France à Tel-Aviv.

 

Lire aussi. Des artistes arabes boycottent les Emirats après l’accord avec Israël

 

L’épouse de M. Hamouri, la Française Elsa Lefort, fille de l’ex-député communiste et ancien président de l’Association France-Palestine Solidarité Jean-Claude Lefort, avait été expulsée en janvier 2016 d’Israël avec l’interdiction d’y revenir pendant 10 ans.

L’ambassadeur Danon a discuté du dossier Hamouri avec la directrice adjointe de l’Europe aux Affaires étrangères israéliennes, Anna Azari, qui a, elle, accusé l’avocat franco-palestinien de « profiter » de son statut de résident permanent pour « nuire à l’Etat », a indiqué dans un message à l’AFP la diplomatie israélienne.

Militant notamment pour la cause des prisonniers palestiniens, M. Hamouri est accusé par Israël, malgré ses dénégations, d’être un membre du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), un mouvement jugé terroriste par l’Etat hébreu.

Il y a quelques années, il avait été écroué pendant 13 mois sans charge dans le cadre d’une procédure dénoncée par Amnesty International.