La CIJ se prononce en faveur du Qatar dans l’affaire du « blocus » aérien

685
DR.

La Cour internationale de justice (CIJ), plus haute juridiction de l’ONU, s’est prononcée mardi en faveur du Qatar dans une querelle opposant depuis 2017 le pays à trois autres Etats du Golfe et l’Egypte, qui ont institué un « blocus » aérien contre Doha.

Les juges de la CIJ ont « rejeté à l’unanimité » une requête de l’Arabie saoudite, Bahreïn, l’Egypte et les Emirats arabes unis » contre une décision favorable au Qatar prise en 2018 par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

L’arrêt de la Cour basée à La Haye porte sur un élément clé d’un âpre conflit qui s’est installé il y a trois ans entre le Qatar d’un côté et ses quatre voisins de l’autre.

En juin 2017, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte avaient coupé tous leurs liens avec le Qatar, qu’ils accusaient de « financer le terrorisme » et de soutenir l’Iran – malgré les démentis de Doha – et imposé des mesures punitives.

 

Lire aussi: Le Qatar accuse ses rivaux de refuser des efforts de réconciliation

 

Les quatre pays ont interdit les avions qataris dans leurs aéroports et leur espace aérien, coupé les liens commerciaux et maritimes et fermé leurs frontières.

L’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte demandaient à la CIJ d’annuler une décision prise en faveur de Doha par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), une agence de l’ONU.

L’OACI avait décidé en 2018 avoir la compétence juridique pour régler un conflit à la demande du Qatar qui accuse ses voisins de violer un accord régulant la liberté de circulation des avions commerciaux dans un espace aérien étranger.