Israël interdit aux hommes de moins de 50 ans l’accès au Vieux Jérusalem

281
AFP
Des Palestiniens bloqués devant la Porte des Lions, une des entrées à la mosquée Al-Aqsa, le 21 juillet 2017 dans la vieille ville de Jérusalem.

La police israélienne a pris la décision exceptionnelle d’interdire aux hommes de moins de 50 ans d’accéder à la vieille ville de Jérusalem vendredi, jour de la grande prière hebdomadaire musulmane, dans un contexte de vives tensions autour de l’esplanade des Mosquées.

L’esplanade des Mosquées, où se trouvent le dôme du Rocher et la mosquée al-Aqsa, est située dans le Vieux Jérusalem, secteur palestinien de la ville sainte dont l’annexion par Israël n’a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Les Palestiniens dénoncent depuis dimanche les détecteurs de métaux, qui ont été installés aux entrées du lieu saint après une attaque meurtrière contre des policiers israéliens le 14 juillet à proximité du site.

Ces nouvelles mesures de sécurité ont ravivé les craintes des Palestiniens de voir Israël prendre le contrôle exclusif du troisième lieu saint de l’islam, un site également révéré par les juifs sous le nom de Mont du Temple.

En signe de protestation, les fidèles ont décidé de ne plus aller prier sur l’esplanade des Mosquées et des centaines de Palestiniens effectuent depuis dimanche leurs prières en dehors du site dans le Vieux Jérusalem.

Des affrontements avec la police israélienne ont eu lieu quasi quotidiennement cette semaine. La grande prière de vendredi, prévue à la mi-journée et qui rassemble traditionnellement des milliers de fidèles, pourrait donner lieu à des débordements.

Dans ce contexte, la presse israélienne rapportait que le Premier ministre israélien allait peut-être faire retirer les portiques de sécurité pour éviter des émeutes.

Mais Benjamin Netanyahu a décidé de les maintenir après consultations avec les forces de sécurité et son cabinet de sécurité.

Un responsable israélien a indiqué vendredi dans un communiqué que le cabinet de sécurité « avait donné à la police l’autorité de prendre toutes les décisions pour permettre un accès libre aux lieux saints tout en maintenant la sécurité et l’ordre public ».

« L’entrée dans la vieille ville et au Mont du Temple sera réservée aux hommes de 50 ans et plus. Les femmes de tout âge seront admises », a dit la police dans un communiqué.

Règles tacites
La police israélienne a également indiqué avoir renforcé ses effectifs dans et autour de la vieille ville avec des unités « mobilisées dans tous les secteurs et quartiers ».

L’armée avait annoncé jeudi avoir placé cinq bataillons supplémentaires en Cisjordanie occupée pour contenir de possibles débordements.

A Jérusalem-Est, Israël contrôle les accès à l’esplanade des Mosquées qui cristallise les tensions israélo-palestiniennes depuis des décennies, mais sa gestion revient à la Jordanie.

Benjamin Netanyahu a plusieurs fois assuré ne pas avoir l’intention de modifier les règles tacites qui permettent aux musulmans de monter à toute heure sur l’esplanade et aux juifs de n’y pénétrer qu’à certaines heures, sans pouvoir y prier.

« Israël s’engage à maintenir le statu quo sur le Mont du Temple et la liberté d’accès aux lieux saints », a indiqué vendredi le responsable israélien.

Alors que le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a appelé vendredi à une « journée de la colère », la polémique sur les détecteurs de métaux a rebondi au-delà des Territoires palestiniens.

En Jordanie, pays gardien des lieux saints musulmans de Jérusalem, où une manifestation est prévue vendredi à Amman après la prière, ainsi qu’en Turquie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a parlé jeudi par téléphone au président palestinien Mahmoud Abbas et au président israélien Reuven Rivlin, a appelé Israël à retirer les détecteurs de métaux « dans les plus brefs délais possibles », « vu l’importance que revêt (l’esplanade des Mosquées) pour tout le monde musulman ».

Des ultra-nationalistes et islamistes turcs ont par ailleurs manifesté devant l’une des principales synagogues d’Istanbul pour dénoncer les nouvelles mesures de sécurité, selon l’agence privée turque Dogan.

Israël affirme avoir installé des portiques de sécurité aux entrées de l’esplanade des Mosquées car les trois Arabes israéliens qui ont tué deux policiers israéliens le 14 juillet, avant d’être abattus, s’étaient servi de ce site pour lancer leur attaque.