Iran: début des cérémonies du 40e anniversaire de la Révolution

à 9:46
La tombe du fondateur de la République islamique d'Iran, l'ayatollah Khomeiny, dans son mausolée à Téhéran. DR

Drapeaux vert blanc et rouge à la main, des milliers de personnes sont rassemblées vendredi matin au mausolée de l'Imam-Khomeiny à Téhéran pour le lancement officiel des cérémonies marquant le 40e anniversaire de la Révolution islamique, selon des journalistes de l'AFP.

Comme chaque année, les célébrations ont commencé à 9h33 locales (6h03 GMT), l'heure du retour, le 1er février 1979 après plus de 14 ans d'exil, de l'ayatollah Rouhollah Khomeiny, père de la Révolution et premier guide de la République islamique d'Iran.

"Iran, demeure de l'espoir, notre guide [est] le guide des hommes libres", a entonné un chœur masculin sur un air grave. "Grâce au velayat ["le gouvernement du juriste musulman", modèle politique théorisé par Khomeiny, NDLR], nous sommes vivants et nous perdurons".

La musique est jouée par une fanfare militaire en uniforme d'apparat.

L'immense salle hypostyle (au plafond supporté par des colonnes) abritant la châsse de Khomeiny, est pleine d'une assistance d'origine variée: clercs chiites, civils, hommes et femmes --ces dernières essentiellement en tchador--, militaires...

Lire aussi : Des salafistes s'en prennent à Benkirane après ses propos sur le voile et la barbe

Vêtus de vestes et casquettes aux couleurs nationales (vert, blanc, rouge), quelque 200 écoliers dessinent un grand drapeau iranien.

Assis sur une estrade sous les portraits de Khomeiny et de l'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la République islamique depuis la mort de son fondateur en 1989, l'ayatollah Ahmad Jannati, un des hiérarques du système, s'adresse à la foule en reprenant les anathèmes classiques contre les Etats-Unis.

"Maudits soient ceux qui pensent à tort que nous ne pouvons pas diriger ce pays sans l'aide des Etats-Unis", lance le clerc nonagénaire en secouant en l'air sa main gauche.

Lire aussi : Iran: un avion cargo s'écrase avec au moins dix personnes à bord

"La puissance de l'Amérique est sur le déclin, nous n'avons pas peur de l'Amérique", ajoute l'ayatollah, qui préside l'Assemblée des experts, institution chargée entre autre de nommer le guide suprême.

En Iran, le 1er février marque le premier jour de la "décade de l'Aube", la période de dix jours entre le retour de Khomeiny et la victoire finale de la révolution, le 11 février 1979 (le 22 du mois de bahman 1357 selon le calendrier iranien).