Irak: les forces de sécurité délogent des manifestants, trois morts

Trois manifestants ont été tués samedi à Baghdad et dans le sud de l’Irak lors d’affrontements avec les forces de sécurité qui délogeaient des contestataires de leurs campements, selon des sources médicales.

Un manifestant a été tué à Baghdad et deux autres à Nassiriya, dans le sud du pays, selon des médecins dans ces deux villes, cités par des agences.

Les forces de sécurité irakiennes ont délogé samedi des manifestants antigouvernementaux qui occupaient des rues et des places de Baghdad et d’autres villes du sud du pays.

Dans la ville portuaire de Bassora (sud), les forces de sécurité ont dispersé des manifestants installés dans un campement. Leurs tentes ont été brûlées avant que des employés municipaux nettoient la place.

 

Lire aussi: En Irak, un « mufti » obèse de Daesh arrêté et transporté en camion

 

Dans les villes de Hilla, Diwaniya, Kut et Amara, les manifestants ont démonté leurs tentes, tandis qu’à Baghdad, les forces de sécurité ont dispersé des sit-ins notamment sur la place Tayaran et le pont al-Ahrar, a annoncé le commandement militaire de la capitale.

Depuis lundi, des manifestants bloquaient la place Tayaran, brûlant des pneus et dressant des barricades, pour faire pression sur le gouvernement.

Vendredi, le dignitaire religieux, Moqtada Sadr avait rassemblé des milliers de ses partisans à Baghdad pour réclamer le départ des 5.200 soldats américains stationnés dans le pays.

Le sentiment anti-américain en Irak s’est ravivé depuis le tir de drone américain qui a tué le 3 janvier à Baghdad le général iranien Qassem Soleimani, et l’irakien Abou Mehdi al-Mouhandis.