Dès 2001, l'explosion de violence de Karim C., l'auteur présumé de l'attaque sur les Champs-Élysées

3
©AFP

Avant la fusillade, Karim C. était déjà connu des services de police. Il avait fait preuve d'une rare violence à l'encontre des forces de l'ordre.

Bien avant le drame des Champs-Élysées, Karim C. s'était déjà livré, loin de tout contexte terroriste, à une incroyable explosion de violence et de haine anti-policière. La scène se déroule le 6 avril 2001. Ce jour-là, Karim C., 23 ans à l'époque et déjà connu des services de police pour des faits de droit commun, circule à bord d'un véhicule volé à Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne). Il a un accident avec une autre voiture dans laquelle se trouvent un élève gardien de la paix et son jeune frère.

Karim C. prend la fuite et les deux hommes décident de suivre sa voiture. Intrigué par la plaque d'immatriculation qui lui semble fausse, le futur gardien de la paix alerte ses collègues. Karim C. ayant fait une nouvelle erreur de conduite, son véhicule finit dans le fossé. L'élève gardien de la paix s'avance alors, brassard de police au bras et essuie des coups de feu. Karim C. touche les deux frères au ventre et prend la fuite. Il sera interpellé peu après et placé en garde à vue. C'est là, le 8 avril, deux jours seulement après sa première agression, que le suspect récidive. Sous un prétexte, Karim C. obtient qu'un gardien de la paix entre dans sa cellule de garde à vue. Il s'empare alors de l'arme du policier et tire à plusieurs reprises. Le gardien de la paix est grièvement touché mais parvient à déclencher l'alarme. Karim C. est maîtrisé.

En l'espace de deux jours, l'homme a tenté de tuer à trois reprises. Il est mis en examen le 9 avril pour tentatives d'assassinat. Karim C. sera condamné en 2003 à 20 ans de réclusion criminelle, ramené à 15 ans en appel en 2005. Douze ans plus tard, on retrouve l'homme à Chelles (Seine-et-Marne) où il se consacrait officiellement à la vente de vêtements sur les marchés. En haïssant toujours les policiers.

 

Jean Chichizola (Le Figaro)