Insolite. France: deux listes anti-islam aux élections européennes

Karim Ouchikh, président du SIEL (Souveraineté, Identité Et Liberté) et Renaud Camus, président du "Conseil national de la résistance européenne" seront tous deux sur la liste "La ligne claire" © AFP / François Nascinbeni

Les 25 et 26 mai prochains, les Français éliront les députés européens représentant la France au Parlement européen. La semaine dernière, le ministère de l’Intérieur a validé 33 listes parmi lesquelles figurent deux listes extrémistes anti-islam.

« Du jamais vu », titre le média français France Inter. La première liste intitulée « La ligne claire » est portée par Renaud Camus, 72 ans, qui s’est vu attribué la troisième place dans l’ordre protocolaire lors du tirage au sort du ministère de l’Intérieur. Le théoricien français du « grand remplacement » a réussi à décrocher son ticket pour les Européennes en réunissant 79 amis, en respectant le critère de parité imposé par les autorités, informe le média français.

 

Lire aussi : Pays-Bas: un ancien député anti-islam affirme être devenu musulman

 

Le président du « Conseil national de la résistance européenne » qualifie notamment les immigrés musulmans de « colonisateurs », prétendant que « la France est sous occupation ». Par zèle populiste, Camus a fait appel à Fiona Lignier, l’étudiante gilet jaune qui s’était fait éborgner lors de l’acte VI des manifestations du mouvement à Paris, pour figurer en deuxième position de sa liste à l’idéologie extrémiste. En troisième position sur cette liste, on retrouve aussi Karim Ouchikh, un ancien du FN, élu en 2015 sur la liste du Front national aux élections régionales en île de France, et actuel président du Siel (Souveraineté, Identité Et Liberté), un micro-parti fondé en 2014.

 

Lire aussi : France: un «commando» anti-islam revendique des attaques au marteau à Dijon

 

La seconde liste anti-islam est soutenue par le « leader identitaire sulfureux » Vincent Vauclin, président du parti « La dissidence française ». Sa liste s’intitule « La Reconquête », sous-entendu la reconquête « pour une France blanche », explique France Inter. En mai 2018, sur les ondes de Radio Libertés, Vincent Vauclin osait comparer les immigrés à des insectes.

Si la règle des 500 parrainages d’élus locaux permet d’éviter ce genre de candidatures à l’élection présidentielle, aucun prérequis ou parrainage n’est nécessaire pour les européennes. Pour déposer une liste, seuls les 79 électeurs français doivent être réunis avec autant d’hommes que de femmes. Une seule contrainte: ne pas avoir été condamné à une peine d’inéligibilité, ce qui n’est pas le cas en l’espèce, précise le média.