Indignation après l'annonce de taxes américaines sur l'acier et l'aluminium

143
Donald Trump. Crédit: DR

La menace jeudi du président américain Donald Trump d’imposer dès la semaine prochaine de fortes taxes sur les importations d’acier et d’aluminium aux Etats-Unis a suscité des réactions indignées dans le monde, laissant poindre le risque d’une guerre commerciale.
Le locataire de la Maison Blanche doit annoncer l’imposition de droits de douane de 25% pour l’acier et de 10% pour l’aluminium.
Chine
« La Chine demande aux Etats-Unis de refréner leur recours à des mesures protectionnistes et de respecter les règles du commerce multilatéral », a insisté vendredi Hua Chunying, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.
« Si d’autres pays lui emboîtaient le pas, cela aurait sans aucun doute un impact grave sur l’ordre du commerce international », a-t-elle ajouté lors d’une conférence de presse régulière.
Par ailleurs, les Etats-Unis assurent d’ores et déjà « une protection excessive » à leurs producteurs locaux d’acier et d’aluminium, après avoir adopté « plus d’une centaine de contre-mesures » ciblant les importations américaines dans ces secteurs, a tancé Mme Hua.
Elle n’a cependant pas évoqué de possibles représailles ou contre-mesures de la part de Pékin. Moins de 2% des importations américaines d’acier proviennent de Chine.
Union Européenne
« Nous regrettons fortement » cette décision américaine, a réagi Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne.
« Au lieu d’apporter une solution, cette décision ne peut qu’aggraver les choses », prévient-il dans un communiqué. « Nous ne resterons pas les bras croisés pendant que notre industrie est frappée par des mesures injustes », ajoute-t-il encore.
« L’UE entamera le plus tôt possible des consultations sur le règlement des différends avec les Etats-Unis à Genève », siège de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), ajoute, dans le même communiqué, la commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström.
Canada
« Tout tarif ou quota qui serait imposé à notre industrie canadienne de l’acier et de l’aluminium serait inacceptable », a déclaré jeudi le ministre canadien du Commerce international, François-Philippe Champagne.
Ce pays voisin des Etats-Unis est son premier fournisseur d’acier et d’aluminium.
Le gouvernement canadien est surpris d’une décision qui risque finalement de jouer contre les industriels américains.
« Les Etats-Unis affichent un surplus de 2 milliards de dollars dans le commerce de l’acier avec le Canada », a souligné pour sa part la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.
Syndicat nord-américain
De son côté, le syndicat nord-américain des sidérurgistes United Steelworkers (USW), principalement actif aux Etats-Unis et au Canada, exige que les producteurs d’acier et d’aluminium canadiens soient exclus des mesures annoncées par Donald Trump.
« Clairement, le Canada n’est pas l’un de ces +mauvais acteurs+ impliqués dans le commerce injuste et le dumping de l’aluminium et de l’acier vers les Etats-Unis », précise le syndicat.
Allemagne
L’association allemande de la sidérurgie Stahl a dénoncé « des mesures qui violent les règles de l’Organisation mondiale du commerce », exigeant l’intervention de l’Union Européenne.
« Si l’Europe n’agit pas, notre sidérurgie va payer l’addition pour le protectionnisme américain », a encore prévenu, par communiqué Hans Jürgen Kerkhoff, le président de Stahl.
Royaume-Uni
« Nous avons été clairs sur le fait que nous sommes particulièrement inquiets de toute mesure qui pourrait avoir des conséquences sur l’acier du Royaume-Uni et ses industries d’aluminium », a indiqué par communiqué l’ambassade britannique à Washington, tout en assurant être en discussion avec les Américains.