H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelle.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Les habitants du petit territoire britannique de Gibraltar sont appelés à se prononcer jeudi, lors d’un référendum, sur un léger assouplissement de la législation sur l’avortement, l’une des plus dures au monde.

    Les bureaux de vote ont ouvert à 09H00 locales (07H00 GMT) et fermeront à 22H00 (20H00 GMT).

    L’interruption volontaire de grossesse (IVG) est actuellement interdite -sauf si c’est une question de vie ou de mort pour la mère- et passible de la prison à vie dans cette petite enclave britannique de 32.000 habitants à l’extrême sud de l’Espagne.

    Ce référendum, qui se tient à l’initiative du gouvernement local et polarise l’opinion, était initialement prévu en mars 2020 mais avait été repoussé à la dernière minute à cause de la pandémie de Covid-19.

    La réforme approuvée par le parlement local et soumise à référendum prévoit qu’une femme puisse avorter jusqu’à 12 semaines de grossesse mais seulement si sa santé mentale ou physique est jugée en péril, par exemple en cas de viol ou d’inceste, et au-delà si le dommage potentiel est considéré grave et permanent.

    Elle ne prévoit pas de limite dans les cas d’anomalie pouvant se révéler fatale pour le fœtus. Dans les autres cas, l’avortement reste interdit.

    Les médecins pourront avancer une objection de conscience pour refuser de pratiquer une IVG.

    Jusqu’à présent, les femmes vivant à Gibraltar et souhaitant avorter devaient se rendre en Espagne ou au Royaume-Uni.

    Durant la campagne du référendum, le chef du gouvernement local Fabian Picardo et deux autres chefs de partis ont publié une vidéo invitant les habitants à voter « oui » lors du référendum.

    « Il est dans l’intérêt de Gibraltar de voter oui jeudi 24 juin », a dit sur Twitter M. Picardo, qui a qualifié la loi actuelle d' »archaïque ».

    Cette réforme fait suite à une décision de la Cour suprême britannique de juin 2018 qui avait estimé que la législation d’Irlande du nord, interdisant l’IVG dans presque tous les cas et proche de celle de Gibraltar, était contraire à la Convention européenne des droits de l’Homme.

    L’avortement a depuis été libéralisé en Irlande du nord.

    Share.

    Comments are closed.