Génocide arménien: Erdogan déplore « l’impact destructeur » de la reconnaissance américaine

DR.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a mis en garde lundi contre « l’impact destructeur » sur les relations turco-américaines de la reconnaissance par son homologue américain Joe Biden du génocide arménien, qu’il a jugée « sans fondement ».

« Le président américain a eu des propos sans fondement, injustes et contraires à la réalité », en reconnaissant le génocide arménien samedi, a déclaré M. Erdogan à la presse après avoir présidé une réunion de son gouvernement à Ankara.

Joe Biden a écrit, dans un communiqué, que « les Américains honorent tous les Arméniens ayant péri dans le génocide qui a commencé il y a 106 ans aujourd’hui ».

« Nous pensons que ces propos ont été inclus dans la déclaration à la suite des pressions de groupes radicaux arméniens et des milieux antiturcs. Mais cela ne change rien à l’impact destructeur de ces propos pour les relations entre les deux pays », a ajouté M. Erdogan.

M. Biden est devenu le premier président des Etats-Unis à qualifier de « génocide » la mort d’un million et demi d’Arméniens massacrés par l’Empire ottoman en 1915, suscitant la colère de la Turquie.

Le génocide arménien est reconnu par plus de vingt pays et par de nombreux historiens mais il est vigoureusement contesté par la Turquie

Les Arméniens estiment qu’un million et demi des leurs ont été tués de manière systématique pendant la Première Guerre mondiale par les troupes de l’Empire ottoman, alors allié à l’Allemagne et à l’Autriche-Hongrie. Ils commémorent ce génocide chaque année le 24 avril.

 

Lire aussi: Joe Biden reconnaît le génocide arménien

 

La Turquie, issue du démantèlement de l’empire en 1920, reconnaît des massacres mais récuse le terme de génocide, évoquant une guerre civile en Anatolie, doublée d’une famine, dans laquelle 300.000 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort.

« Si vous parlez de génocide, vous devez vous regarder dans un miroir. Je n’ai même pas besoin de mentionner les Amérindiens. On le sait déjà. Quand tout cela est connu, vous ne pouvez pas accuser la nation turque de génocide », a encore lancé M. Erdogan à l’adresse de son homologue américain.

« Les accusations de génocide sont tellement sensibles qu’elles ne peuvent être utilisées à des fins politiques », a-t-il ajouté.

En dépit de ses critiques, M. Erdogan s’est toutefois dit « convaincu »  que sa rencontre prévue en juin avec M. Biden en marge du sommet de l’Otan à Bruxelles leur offrirait une opportunité pour apaiser les tensions entre les deux pays.

Le ministère turc des Affaires étrangères avait convoqué samedi l’ambassadeur américain pour protester contre la position américaine, a rapporté l’agence de presse d’Etat Anadolu.

La Turquie n’a « de leçons à recevoir de personne sur son histoire », avait auparavant déclaré le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu.