Fusillade de Las Vegas: le tueur avait pris des notes pour faire le maximum de victimes

627
Crédit: AFP

Le document, retrouvé sur la table de chevet dans la chambre du tueur, contenait des calculs incluant la hauteur, la distance ou encore la trajectoire de la balle pour maximiser son impact dans la foule. La tuerie la plus meurtrière de l’histoire des États-Unis a été préméditée dans les moindres détails.

Il ne s’agissait finalement pas d’une lettre de revendication, d’un testament quelconque, ou d’une lettre d’adieu à ses proches. Dimanche soir, la chaîne de télévision américaine CBS a révélé les derniers détails glaçants sur la note laissée par le tueur de Las Vegas dans sa chambre du Mandala Bay, d’où il a tué le 2 octobre dernier 58 personnes et blessé plus de 500 autres. Le bout de papier, trouvé par l’un des premiers policiers entrés dans la chambre de Stephen Paddock, contenait en fait des calculs visant à maximiser le nombre de ses victimes.

Ces révélations, qui illustrent une fois de plus le cynisme et la détermination du tueur, ont été divulguées lors de la diffusion du programme «60 Minutes», sur CBS, qui a pu interviewer les quatre agents de sécurité qui ont participé à l’assaut de la chambre d’hôtel où Stephen Paddock s’était enfermé. Et notamment David Newton, qui a le premier remarqué le message, posé sur la table de nuit près de la fenêtre brisée d’où le tueur a tiré sur la foule. «J’ai vu qu’il avait inscrit la distance et la hauteur à laquelle il se trouvait, la trajectoire de la balle et ce que cela ferait dans la foule. Il a tout noté et calculé pour savoir où il fallait tirer pour atteindre ses cibles», a-t-il expliqué.

Ces hommes sont les premiers à avoir vu le corps inanimé de Stephen Paddock après son suicide, et l’impressionnant arsenal qu’il avait amené avec lui, dans sa suite au 32e étage du Mandala Bay. L’homme de 64 ans, qui a tiré de sa fenêtre sur la foule d’un concert en plein air, avait apporté pas moins de 23 armes à feu. Le sherif du comté de Clark avait mentionné cette note quelque jours plus tôt, évoquant des chiffres que le FBI s’efforçait de décrypter.