France: une policière grièvement blessée à coups de couteau, mort de son agresseur

1798
AFP

Une policière a été grièvement blessée au couteau vendredi dans l’ouest de la France par un homme mort de ses blessures après son arrestation, dernière d’une longue série d’attaques contre les forces de l’ordre dans le pays.

L’assaillant était fiché pour radicalisation, a indiqué sur place le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin.

« Français né en France, d’une quarantaine d’années, connu des services de police, il sortait de prison et en 2016 avait été signalé pour une pratique rigoriste de l’islam pour radicalisation et ainsi inscrit au fichier » des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, a précisé le ministre.

Blessé lors de l’arrestation, selon une source proche du dossier, l’homme avait été interpellé après un échange de coups de feu durant lequel deux gendarmes ont été blessés, notamment à la main et au bras.

Un témoin a indiqué à l’AFP avoir vu un homme en civil au sol entouré de gendarmes, près de la gendarmerie de La Chapelle-sur-Erdre, petite ville située près de Nantes, après un échange de tirs.

 

Lire aussi : France: une policière municipale agressée au couteau, le suspect en fuite

 

Il avait « un profil hybride, radicalisé et malade psychiatrique très lourd », a indiqué une source proche du dossier.

D’après un photographe de l’AFP présent sur les lieux, une dizaine de détonations en deux salves ont retenti près de la brigade de gendarmerie, dans une zone d’habitation.

« Les gendarmes ont neutralisé l’individu suspecté de l’agression au couteau de la policière municipale de la Chapelle-sur-Erdre », avait écrit auparavant sur Twitter le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui était attendu sur place.

La policière, dont les jours ne sont plus en danger, a été blessée au couteau dans les locaux de la police municipale de La Chapelle-sur-Erdre, au nord de Nantes.

Une vaste chasse à l’homme avait été lancée immédiatement après vers 10H30 (08H30 GMT). 80 gendarmes ont été déployés pour retrouver l’auteur des faits, qui avait pris la fuite avec l’arme de la policière.

« Les enfants au sol »

Deux hélicoptères ont survolé la zone et trois équipes cynophiles et un escadron de gendarmes mobiles participé aux recherches. La section de recherches de la gendarmerie de Nantes est chargée de l’enquête.

« Évitez le secteur et respectez strictement les consignes des #gendarmes », avait prévenu sur Twitter la gendarmerie nationale.

Les écoles aux alentours ont été sécurisées, selon la gendarmerie.

« Les enfants sont confinés dans les écoles et collèges de la ville », a confirmé un responsable municipal à l’AFP.

« On a tiré les rideaux et on a fait allonger les enfants au sol, ils sont comme ça depuis deux heures », a témoigné une enseignante d’école primaire dans un texto à l’AFP.

 

Lire aussi : Macron «reconnaît» les responsabilités de la France dans le génocide du Rwanda

 

Plusieurs membres des forces de l’ordre ont trouvé la mort depuis 2012 en France dans des attaques, le plus souvent commises au nom du jihad.

Cette attaque intervient quelques semaines après deux drames qui ont endeuillé la police française, alors que la sécurité s’impose comme l’un des principaux thèmes de campagne des élections régionales, dans un mois, et de l’élection présidentielle, dans un an.

Stéphanie Monfermé, une agente administrative, avait été assassinée en avril au commissariat de Rambouillet, en région parisienne, par un Tunisien qui se serait radicalisé. Quelques jours plus tard, un policier, Eric Masson, avait été tué sur un point de vente de drogue à Avignon (sud).

Ces deux drames avaient conduit les syndicats de policiers à appeler à un rassemblement, qui a mobilisé plusieurs milliers de personnes le 19 mai devant l’Assemblée nationale à Paris, pour dénoncer la violence croissante à laquelle sont confrontés les policiers et l’inadéquation de la réponse judiciaire.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et des responsables de l’ensemble du spectre politique en France à l’exception d’une partie de l’extrême gauche, s’y étaient rendus.