France: les dernières heures de Chérif Chekatt, le tireur de Strasbourg

11
DR.
Retranché dans un quartier du sud de Strasbourg, qui l’a vu grandir, depuis son périple meurtrier sur le marché de Noël de la ville mardi, Chérif Chekatt a été abattu par une patrouille de police jeudi soir, pris dans les mailles d’un dispositif exceptionnel.
Le récit des dernières heures du tueur de Strasbourg, dans le nord-est de la France.
Après-midi sous haute tension
L’appel à témoins lancé mercredi soir pour retrouver la trace de Chekatt paie pour les 720 membres des forces de l’ordre, dont 380 enquêteurs, lancés aux trousses de celui qui est devenu l’ennemi public numéro un. En quelques heures, ils reçoivent près de 800 appels sur le numéro mis en place.
Parmi eux, deux attirent plus particulièrement l’attention des policiers. Un riverain a aperçu un homme correspondant au signalement de Chekatt dans un jardin du quartier où il a grandi et où il s’était réfugié mardi soir avant que l’on ne perde sa trace.
Lire aussi: Attentat de Strasbourg: deux nouvelles personnes en garde à vue, sept au total
Selon une source proche de l’enquête, une femme a également indiqué avoir vu un homme correspondant au signalement du fugitif, qui franchissait une clôture et était blessé au bras. Or Chekatt a été atteint au bras par le tir d’une patrouille de l’opération Sentinelle mardi soir. Des traces de sang retrouvées sur le grillage et des images de vidéo-surveillance de la ville lèvent les derniers doutes des enquêteurs. Il s’agit bien du fugitif.
En parallèle, les proches de Chekatt placés en garde à vue permettent aux enquêteurs d’identifier les lieux où il aurait pu trouver refuge. Au fil des heures, la police acquiert la conviction qu’il est encore caché quelque part à Neudorf.
Dans l’après-midi, une importante opération est conduite dans le quartier par des hommes du Raid, l’unité d’élite de la police, armés jusqu’aux dents et protégés par des boucliers. Les riverains sont évacués ou confinés, comme les enfants de l’école de Schluthfeld dont, ironie du sort, Chérif Chekatt a été l’un des élèves.
Le Raid fouille méthodiquement maisons, caves et jardins. La police évoque une simple opération de « levées de doute », mais en réalité, l’étau se resserre un peu plus et la pression monte.
Un dispositif exceptionnel
Dès 18H30 GMT, un hélicoptère équipé d’une caméra thermique commence à tournoyer au-dessus du quartier. Le secteur est quadrillé par tous les effectifs et les services de police disponibles, dont la brigade de recherche et d’intervention (BRI) et le Raid.
Vendredi, l’enquête n’avait pas encore permis de déterminer précisément l’itinéraire de Chekatt dans le quartier du Neudorf, ni son ou ses points de chute pendant les 48 heures de la traque. Elle devra aussi déterminer s’il a bénéficié de complicités.
L’échange de tirs
C’est une simple patrouille, un équipage de trois agents de police la brigade spécialisée de terrain (BST) qui aperçoit jeudi à 20H00 GMT un homme dont le signalement semble correspondre au fuyard, rue du Lazaret, au sud du Neudorf.
Chekatt déambule et repère le véhicule de police. Il fait mine de rentrer au numéro 74. Les policiers reprennent la rue à contre-sens et s’approchent de lui pour le contrôler. Ils s’aperçoivent que l’individu dont l’habillement correspond au signalement, ne parvient pas à entrer dans l’immeuble.
Chekatt fait volte-face, brandit son revolver datant de la fin du XIXe siècle et ouvre le feu. La portière arrière gauche du véhicule sérigraphié est atteinte par un projectile. Deux agents répliquent et tirent à de nombreuses reprises.
L’homme de 29 ans s’écroule.
Les enquêteurs retrouvent sur lui un couteau et huit munitions de calibre 8mm dans la poche intérieure de sa parka. A côté du corps, un revolver – vraisemblablement l’arme utilisée pour l’attaque mortelle du marché de Noël – avec six munitions dont cinq percutées.
Lire aussi: Fusillade de Strasbourg: le frère de l’assaillant arrêté en Algérie
Son décès est constaté à 20H05 GMT. Il est formellement identifié ensuite grâce à ses empreintes digitales.
Quelques minutes après l’annonce de sa mort, Chérif Chekatt est adoubé « soldat de l’Etat islamique » par l’agence de propagande de l’organisation jihadiste EI, revendication « opportuniste », selon de nombreux analystes.
Dans la rue, les habitants du quartier, rassemblés autour du périmètre de sécurité établi par la police, applaudissent les forces de l’ordre. « Bravo ! », lancent certains d’entre eux.