France: les chibanis obtiennent enfin leurs droits

Après plusieurs années de combat juridique, les chibanis obtiennent enfin gain de cause. Depuis le 1er juillet, ils peuvent désormais bénéficier de leurs droits sociaux même s’ils s’en vont résider plusieurs mois dans leur pays d’origine. 

Avant l’amendement du 1er juillet, les travailleurs immigrés en France, hors communauté européenne, à l’âge de la retraite perdaient leurs droits sociaux (notamment la sécurité sociale) s’ils partaient résider plus de six mois dans un pays étranger.

Parmi eux, les chibanis peuvent donc enfin bénéficier de ces droits, au même titre que leurs homologues de nationalité française, auprès du Centre national des retraités français de l’étranger (CNAREFE), informe l’association CapSud MRE.

 

Lire aussi : SNCF: des Chibanis marocains portent plainte contre leur avocate pour escroquerie

 

Pour bénéficier de la couverture de la Carte Vitale CNAREFE, les chibanis doivent disposer d’une pension de retraite et d’un titre de séjour valide, carte de séjour retraite comprise.

Pour rappel, en novembre 2018, la ministre française de la Santé, Agnès Buzyn, avait déclaré la préparation d’un amendement rétablissant le droit à la portabilité de la couverture de la sécurité sociale, sans condition de résidence pour ces immigrés retraités.

 

Lire aussi : France: la SNCF jette définitivement l'éponge face aux Chibanis

 

L’association appelle toutefois à ce que les agents de la Caisse primaire d’assurance malade (CPAM) soient sensibilisés à cette nouvelle mesure afin d’orienter les retraités concernés comme il se doit. Certains agents de la CPAM invoqueraient toujours la condition de résidence permanente pour le maintien des droits sociaux. D’autres agents feraient part d’un délai de 4 à 5 ans.