France: fermeture de quatre mosquées jugées “islamistes“

Quatre mosquées ont été contraintes de fermer depuis fin 2018. Crédits photo: LP/A.L.

Depuis fin 2018, une quinzaine d’établissements ont été fermés dans le département de la Seine-Saint-Denis en France, dans le cadre de la lutte contre le communautarisme. 

« 140 contrôles administratifs » ont été effectués dans des lieux ciblés et une quinzaine ont dû fermer car ils ne respectaient pas les règles de sécurité incendie ou encore le droit du travail, a annoncé Georges-François Leclerc, préfet du département de la Seine-Saint-Denis, lors de la mise en place d’une « cellule de lutte contre l’islamisme et le repli communautaire » (CLIR) à Bobigny.

Quatre mosquées situées à Sevran, Saint-Denis et Aulnay-sous-Bois, ainsi qu’une église évangéliste ont ainsi été fermées car elles ne respectaient pas les règles pour accueillir du public, a détaillé le préfet, en présence également du ministre de l’Intérieur français, Christophe Castaner.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du plan de lutte contre le « séparatisme islamiste » dévoilé lundi par Emmanuel Macron.

 

Lire aussi : Macron s’engage contre l’islam politique, qui n’a pas sa place en France

 

Une école clandestine musulmane à Aulnay-sous-Bois a également été contrainte de fermer ses portes le mois dernier. Elle « scolarisait près de 50 enfants dans des conditions tellement éloignées de la République », a signalé le ministre de l’Intérieur.

Des enfants de 3 ou 4 ans étaient « contraints de porter une tenue traditionnelle », a mentionné le ministre. Scolarisés dans une grande promiscuité, ils ne bénéficiaient d’aucune activité sportive, souligne Le Parisien« La République a quelquefois failli, quelquefois reculé dans ces quartiers et elle a été remplacée par d’autres qui ne sont pas républicains », a ajouté Castaner, précisant qu’un tiers des établissements fermés ont entre-temps rouvert.

En Seine-Saint-Denis, sept quartiers vont faire « l’objet d’une attention particulière ». Ils auront droit également à « une politique de la ville et de la rénovation urbaine » dans le but de favoriser la mixité sociale, a garanti Christophe Castaner.