France: grosse pagaille dans les transports lundi

.DR

Les Français s’attendent à une grosse pagaille dans les transports lundi en particulier en région parisienne, paralysés depuis quatre jours par une grève contre une réforme des retraites défendue par le gouvernement et qui menace de s’installer dans la durée.

Nombre d’acteurs économiques en France redoutent une prolongation de cette grève et un manque à gagner pour les commerçants, mais aussi des blocages routiers ou une pénurie de carburants qui affecteraient leur activité plus sévèrement durant la période cruciale des fêtes de fin d’année.

Le trafic restait très fortement réduit dimanche à la compagnie ferroviaire nationale (SNCF), avec 1 train à grande vitesse sur 6, 15% des Transiliens (trains de banlieue en région parisienne) et 2 trains régionaux sur 10 (grâce à des bus) en circulation. La régie des transports parisiens RATP a annoncé que 14 lignes de métro sur 16 étaient fermées.

Lundi s’annonce catastrophique dans les gares et stations en région parisienne. La SNCF a recommandé aux usagers d’éviter les Transiliens, craignant une affluence dans les gares en région parisienne « très dangereuse ». Même ton alarmant à la RATP, qui invite « tous les voyageurs qui en ont la possibilité à différer leurs déplacements », compte tenu du « fort risque de saturation du réseau », avec notamment 10 lignes de métro fermées.

Les trois premiers syndicats de cheminots (CGT, Unsa et SUD) ont en outre appelé à amplifier la grève à partir de lundi.

A l’origine de la colère: le « système universel » de retraite censé remplacer à partir de 2025 les 42 régimes de retraites existants (général, des fonctionnaires, privés, spéciaux, autonomes, complémentaires,…). L’exécutif français promet un dispositif « plus juste », quand les opposants redoutent une « précarisation » des retraités.

La retraite est un sujet éminemment sensible en France. Les opposants les plus virulents espèrent faire durer le mouvement et mettre le pays à l’arrêt comme en décembre 1995. La mobilisation d’alors, notamment contre une réforme des retraites, avait paralysé les transports en commun durant trois semaines et forcé le gouvernement de l’époque à reculer.

Pour Emmanuel Macron, qui a fait de la « transformation » de la France la raison d’être de son quinquennat, les jours à venir s’annoncent déterminants.

Dimanche soir, Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard Philippe réuniront à l’Elysée les ministres concernés. Lundi, en compagnie de la ministre française des Solidarités Agnès Buzyn, le haut-commissaire aux Retraites Jean-Paul Delevoye présentera aux partenaires sociaux les conclusions de sa longue concertation. Enfin, mercredi, Edouard Philippe détaillera son plan.