France: fin de cavale pour les chefs d’un réseau pédocriminel exploitant des mineurs marocains

646
DR.

Fin de cavale pour deux Français derrière le plus grand réseau pédocriminel en Espagne. Le réseau exploitait des mineurs marocains et revendait les vidéos pornographiques aux quatre coins du globe entre 2002 et 2015. A ce jour, 103 victimes ont été identifiées…

Les deux Français à la tête d’un vaste réseau criminel ont été arrêtés, ce mercredi 19 mai, à Perpignan dans le sud de la France. Les deux hommes faisaient l’objet d’un mandat d’arrêt émis par les autorités espagnoles depuis 2019, quelques mois après le démantèlement du réseau pédopornographie qu’ils dirigeaient, en exploitant des mineurs, dont des enfants marocains.

Les deux hommes étaient assez connus dans le milieu de la pornographie, pour avoir produit des dizaines de pornos gays au début des années 2000. Les deux Français s’installent en Espagne où leur businness va prospérer grâce notamment avec les enfants de rue, souvent des immigrés marocains ou de milieux défavorisés, à qui ils fournissent drogues et alcools pour mieux les amadouer.

 

Lire aussi: Espagne: des enfants marocains exploités par un réseau pédopornographique

 

En 2018, le réseau est démantelé par les autorités espagnoles avec l’arrestation de douze personnes. Mais les deux principaux suspects qui avaient bénéficié d’une liberté provisoire dans l’attente de leur procès, prennent la fuite. Ils n’assistent pas à l’audience au cours de laquelle 3.000 ans de prison ont été requis à leur encontre, indique L’indépendant.

Ce n’est donc que deux ans après que les deux hommes sont réapparus en France, leur pays d’origine. Grâce aux surveillances et aux écoutes téléphoniques, les enquêteurs français ont réussi à les localiser dans les Pyrénées-Orientales, précise le quotidien régional.

Le premier homme a été arrêté vers 13H30 alors qu’il se rendait à sa banque à Perpignan. Son complice est retrouvé «dans le logement où ils vivaient cachés depuis un long moment sur la commune d’Amélie-les-Bains», précise la même source.

Les deux Français devraient être déférés au palais de justice de Montpellier et pourraient être extradés vers l’Espagne, où ils passeront le reste de leur vie en prison.

 

Lire aussi: Espagne: les responsables d’un réseau de pédopornographie exploitant des Marocains activement recherchés

 

Pour rappel, le réseau, qui s’installe à Tortosa en 2011, a sévi pendant plus de quatre ans. Lorsque les Mossos ont fait une descente en 2015, ce sont plus de 1 500 DVD, quelque 12 disques dur et plus d’un million de photographies prêts à être vendus, qui ont été découverts. Le matériel était classé par dossiers, comportant les noms des victimes, les dates et lieux où ont été tournées les scènes.

Outre l’Espagne, les deux pédophiles se déplaçaient à travers le monde pour tourner leurs films : au Maroc, au Sri Lanka, au Laos, en République Tchèque, en Turquie, au Kenya, en Tunisie et à Bali, pour ne citer qu’eux. Le «quartier général» du réseau, composé de plus de sept membres au total, se trouvait à Tortosa, leurs principales activités étaient menées à Valence et au Maroc.

Toutes ces informations ont permis d’identifier quelque 103 victimes de ce réseau qui a sévi entre 2002 et 2015. Mais plusieurs autres centaines d’autres victimes n’ont toujours pas été localisées, comme celles se trouvant au Maroc, indiquait Interpol.