France: 9 disparus, des villages isolés après de graves intempéries

134
Crédit: AFP:

Des centaines de pompiers étaient mobilisés samedi pour retrouver neuf personnes portées disparues après des pluies diluviennes et des crues brutales qui ont emporté des maisons et laissé des villages coupés du monde dans des vallées de l’arrière-pays niçois, dans le sud-est de la France.

« Actuellement, nous sommes sur un bilan de neuf personnes avérées disparues et trois supposées disparues », ont indiqué les pompiers à l’AFP.

Dans le cas des personnes « supposées disparues », les autorités ne disposent que de signalements assez vagues contrairement aux autres cas où des témoins ou des pompiers ont vu directement les personnes emportées par les flots.

Parmi les personnes disparues figurent deux pompiers et un gendarme, ainsi que deux personnes qui auraient été emportées par les flots dans l’effondrement de leur maison.

Les communes les plus touchées se trouvent dans l’arrière pays de Nice, dans les vallées de la Roya, dans la zone de Tende et dans la vallée de la Vésubie, enclavées dans des zones montagneuses du massif des Alpes.

« On a de nombreuses maisons qui ont été emportées ou détruites, des communes comme Saint-Martin-Vésubie sont coupées du monde », ont encore indiqué les pompiers à l’AFP.

Dans ce village de quelque 1.400 habitants où un pont a été emporté par les flots vendredi, les pompiers ont procédé à des dizaines de mise en sécurité durant la nuit, ont-ils précisé.

Le réseau téléphonique est très faible, et les communications très difficiles. Des milliers de foyers sont privés d’électricité, selon le gestionnaire du réseau Enedis.

Des hélicoptères ont tenté d’effectuer des reconnaissances dans la matinée mais le couvert nuageux les a empêchés d’avoir une vision claire, bien que Météo France ait levé sa vigilance orange sur le département et que les pluies soient terminées.

De nombreuses routes de la région sont toujours coupées, soit parce qu’elles ont été éventrées, soit en raison des risques d’éboulement.

– Risques d’éboulement –

Au col de Turini, à une dizaine de kilomètres de Bollène-la Vésubie, la route était fermée en raison du risque d’éboulement, a constaté un correspondant de l’AFP.

Des camions de pompiers dont certains chargés de bateaux attendaient le feu vert avant de passer pour se rendre dans les zones sinistrées de la vallée. Le long de la route des branches arrachées témoignaient de la violence des intempéries la veille.

Les cumuls de pluie sur l’ensemble de cet épisode « ont atteint en général 200 à 350 mm et jusqu’à 500 mm ponctuellement », dans l’arrière-pays, selon Météo France, ce qui a entraîné de violentes crues de cours d’eau de la région.

Dans la ville de Nice, elle aussi touchée par de forts vents et des trombes d’eau, des centres d’hébergement ont accueilli dans la nuit quelques personnes ne pouvant rejoindre les vallées.

« Là où j’étais, il y avait une quarantaine de voitures. Des gens de toutes les vallées. Maintenant les gens, on ne sait pas où ils sont. Il y en a qui sont sur le bord de la route, il y en a qui sont dans les hôtels. Et puis nous, on se retrouve ici », a témoigné auprès de l’AFP Grégory, habitant de Touët-sur-Var, accueilli dans un de ces centres.

La région niçoise a été très affectée à l’automne 2019 par des intempéries qui avaient fait 14 morts en deux semaines dans le Sud-Est de la France. En octobre 2015, des orages d’une rare intensité avaient fait 20 morts dans de spectaculaires inondations notamment à Mandelieu-la-Napoule et à Cannes, où de nombreuses personnes avaient été prises au piège dans des parkings.

La mairie de Cannes a reporté une cérémonie prévue justement samedi pour rendre hommage aux victimes de ce drame.