FAO: 815 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde

258

Quelque 815 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde, selon les statistiques de l’Organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui a appelé à davantage d’investissements pour lutter contre la malnutrition.

« La récente hausse du nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde requiert une action immédiate afin d’inverser la situation », expliqué le directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, lors d’une réunion lundi à Rome du Conseil de l’agence onusienne.

L’obésité et le surpoids sont également en hausse, aussi bien dans les pays développés que ceux en développement, deux fléaux qui font peser des coûts supplémentaires sur l’ensemble des systèmes alimentaires.

« La chose la plus importante à faire maintenant est de renforcer la résilience des personnes pauvres afin de faire face aux impacts des conflits et du changement climatique et de s’assurer que l’aide humanitaire soit associée aux initiatives en faveur du développement », a indiqué M. da Silva.

Le chef de la FAO a appelé à ne pas perdre de vue l’objectif visant à éradiquer la faim d’ici 2030. « Cela implique donc de nouveaux investissements – je dirais beaucoup plus d’investissements – de la part du secteur public et privé », a-t-il souligné.

D’après les Nations-unies, cette situation est essentiellement due aux effets néfastes des conflits et aux conditions climatiques défavorables telles que les cas de sécheresses prolongées, liées en grande partie au phénomène El Niño, ce qui ont eu pour effet de réduire les récoltes et de causer une perte considérable de bétail.

Plusieurs sous-régions d’Afrique ont été sévèrement touchées au cours de l’année dernière. Une situation qui a été aggravée par la baisse des prix des matières premières et une économie mondiale qui peinait à sortir de sa torpeur. L’Afrique subsaharienne abrite 13 des 19 pays affectés par des conflits et des crises de longue durée, et le tiers des pays où les conflits sont ultraviolents, selon les Nations-Unies.

Les niveaux mondiaux de sous-alimentation ont augmenté en 2016 pour la première fois en plus de 10 ans, atteignant 815 millions de personnes, soit 11 pc de la population mondiale.