Etats-Unis: disparition du mystérieux monolithe de métal dans le désert

493

Un mystérieux monolithe métallique d’origine inconnue, dont la récente découverte dans un désert de l’ouest des Etats-Unis avait alimenté toutes sortes de spéculations inspirées de la science-fiction, s’est semble-t-il évaporé, ont déclaré samedi les autorités locales.

Le bureau de l’aménagement du territoire de l’Etat d’Utah a indiqué samedi avoir reçu des « témoignages crédibles » selon lesquels l’objet avait été retiré « par un tiers inconnu » vendredi soir.

« Le bureau n’a pas enlevé la structure, qui est considérée comme une propriété privée », précise-t-il dans un communiqué.

« Nous n’enquêtons pas sur les délits impliquant la propriété privée, qui sont du ressort du bureau du shérif local », ajoute-t-il.

Le prisme triangulaire étincelant, qui dépassait de plus de 3,5 mètres du sol rougeâtre du sud de l’Etat de l’Utah, avait été découvert à la mi-novembre par des fonctionnaires locaux ébahis qui survolaient la zone pour y recenser les mouflons.

Après avoir posé leur hélicoptère pour enquêter, ces employés du département de la sécurité publique de l’Utah avaient découvert un « monolithe de métal planté dans le sol », mais n’avaient pu découvrir « aucune indication claire de qui aurait pu placer là le monolithe ».

 

– « Bouton redémarrage pour 2020 ? –

 

L’annonce de cette découverte était vite devenue virale sur internet, beaucoup notant des similarités avec les étranges monolithes extraterrestres accélérant grandement les progrès de l’humanité dans le classique de la science-fiction « 2001, l’Odyssée de l’espace », un film de Stanley Kubrick et un roman d’Arthur C. Clarke.

D’autres ont souligné que cette découverte intervenait lors d’une année à l’actualité pour le moins chamboulée par la pandémie de Covid-19, espérant avec optimisme que l’objet pourrait peut-être améliorer la situation.

« C’est le bouton +Redémarrage+ pour 2020. Quelqu’un peut-il appuyer dessus rapidement? », a plaisanté un internaute sur Instagram.

« Quelqu’un a passé du temps à utiliser un outil quelconque permettant de couper la roche ou un truc du genre pour creuser vers le bas, quasiment dans la forme exacte de l’objet, et l’a vraiment bien encastré », a déclaré Nick Street, un porte-parole du département de la sécurité publique de l’Utah, au quotidien New York Times.

« C’est étrange », a-t-il ajouté. « Il y a des routes pas loin, mais ramener le matériel pour découper la roche, ramener le métal, qui fait plus de 12 pieds (3,70 mètres) de long – faire tout ça dans cet endroit perdu, c’est réellement captivant ».

– Oeuvre de John McCracken ? –

 

Certains observateurs ont noté une ressemblance avec les oeuvres avant-gardistes de John McCracken, sculpteur américain ayant résidé un temps dans l’Etat voisin du Nouveau-Mexique et décédé en 2011.

Son fils, Patrick McCracken, a déclaré récemment au Times que son père lui avait dit en 2002 qu’il aimerait « laisser ses oeuvres dans des endroits perdus pour qu’elles soient découvertes plus tard ».

Au début de la semaine, David Zwirner, le représentant légal de M. McCracken, avait estimé possible que le mystérieux monolithe soit l’oeuvre de l’artiste.

« La galerie est divisée sur le sujet », a-t-il affirmé, se disant lui-même « persuadé » que le monolithe était bien de la main de M. McCracken et qu’il n’aurait pas été découvert pendant près de dix ans.

« Qui aurait pu soupçonner que 2020 nous apporterait une autre surprise? Juste quand nous pensions avoir tout vu. Allons voir ce qu’il en est », avait-il ajouté.

Bien que les autorités se soient refusées à révéler la localisation du monolithe pour ne pas attirer des hordes de curieux, une course s’est rapidement engagée en ligne pour déterminer son emplacement en se basant sur les formations géologiques alentours.

Certains ont réussi à localiser le site, pour constater la disparition de l’objet, comme David Surber. « Apparemment le monolithe a disparu », a-t-il écrit sur Instagram, se réjouissant d’enfin voir « quelque chose de positif qui peut rassembler les gens en 2020 ».