Etat d’urgence, réduction du nombre de députés… ce qu’a dit Macron au Congrès

32
©DR

Le président français a énuméré les réformes institutionnelles qu’il compte mener dans l’année à venir pour faire entrer la France dans une «voie nouvelle», lors d’un discours-fleuve devant les parlementaires réunis en Congrès.
.

« Je rétablirai les libertés des Français en levant l’état d’urgence à l’automne, parce que ces libertés sont la condition de l’existence d’une démocratie forte », a déclaré Emmanuel Macron, lundi devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles, tout en ajoutant que le Parlement serait appelé à voter des mesures nouvelles pour lutter contre le terrorisme.

Réduction d’un tiers du nombre de parlementaires

Confirmant sa promesse de campagne, Emmanuel Macron a également annoncé son intention de réduire d’un tiers le nombre de parlementaires «des trois assemblées constitutionnelles» (l’Assemblée nationale, le Sénat, le Conseil économique, social et environnemental). «Un Parlement moins nombreux, mais renforcé dans ses moyens, c’est un Parlement où le travail devient plus fluide, où les parlementaires peuvent s’entourer de collaborateurs mieux formés et plus nombreux. C’est un Parlement qui travaille mieux», a justifié le chef de l’Etat. Une mesure qui «n’a pas pour but de nourrir l’antiparlementarisme ambiant, au contraire».

Réforme du droit d’asile

«Nous ne pouvons pas continuer d’affirmer hautement notre attachement aux principes de l’asile, tout en nous abstenant de réformer en profondeur un système qui, débordé de toutes parts, ne permet pas un traitement humain et juste des demandes de protection émanant d’hommes et de femmes menacés», a par ailleurs déclaré Emmanuel Macron qui veut «réformer en profondeur» le droit d’asile.

 

Avec AFP et Le Figaro