Espagne: Une plainte collective contre Facebook

200
Capture d’écran OCU

L’Organisation des consommateurs et usagers (OCU), une association espagnole de protection des consommateurs, a annoncé mercredi qu’elle compte déposer une plainte collective contre Facebook en défense de l’ensemble des utilisateurs de ce réseau social dont les données ont été exploitées sans leur consentement.
« Face à l’absence d’explicitations valables », l’OCU a décidé d’entamer les démarches nécessaires pour déposer « une plainte collective contre Facebook en défense de l’ensemble des utilisateurs de ce réseau social dont les données ont été exploitées sans leur consentement », indique un communiqué de l’association publié sur son site web.
L’association espagnole estime que le géant des réseaux sociaux n’a pas respecté la loi sur la protection des données, en n’ayant pas informé ni demandé l’autorisation des utilisateurs pour l’exploitation de leurs informations.
La plainte de l’OCU veut défendre les intérêts non seulement des personnes affectées directement par le scandale d’exploitation des données personnelles, mais tous les usagers de Facebook en Espagne, estimés à 26 millions de personnes.
L’OCU a avancé qu’elle réclamera « au moins 200 euros » de compensation pour chaque utilisateur.
Lire aussi: Le patron de Facebook présente ses excuses aux Européens sans convaincre
Le géant des réseaux sociaux Facebook a décidé dernièrement d’installer au sein de la tour Glories, dans le centre de Barcelone, son centre opérationnel destiné à combattre les « fake news ».
Près de 500 personnes travailleront dans ce futur centre qui aura pour mission de lutter contre les fausses informations et les contenus nocifs publiés sur le réseau social numéro un au monde.
Sous le feu des critiques ces derniers mois notamment à cause de l’affaire Cambridge Analytica, Facebook avait décidé de rendre publics, pour la première fois, les critères de suppression de certains contenus, dans le cadre d’une opération de communication que le créateur de ce réseau social avait lancé pour redorer l’image du groupe.
Facebook a été accusé d’avoir permis à la société britannique Cambridge Analytica d’exploiter les données personnelles de plus de 50 millions d’utilisateurs sans leur autorisation afin de les cibler pendant l’élection présidentielle américaine de 2016 et le référendum sur la sortie du Royaume Uni de l’UE (Brexit).
Au total, les informations Facebook de quelque 87 millions d’utilisateurs, dont 2,7 millions dans l’UE, auraient pu être obtenues de façon abusive