Erdogan interdit le mot «arène» pour le nom des stades en Turquie

52

Le président turc a banni l’utilisation du mot «arène» dans la dénomination des stades, estimant qu’il s’agissait d’une notion étrangère qui faisait référence aux combats sanglants des gladiateurs.

La Turquie ne comptera plus de stade baptisés «arène» sous la présidence Recep Tayyip Erdogan. Vendredi, le chef d’Etat a ordonné que ce terme soit banni pour les noms de stades rebaptisés de la sorte assez régulièrement avec le phénomène du naming des enceintes. Ainsi, le club de Galatasaray changera dès lundi l’appellation de la «Türk Telekom Arena» en stade Türk Telekom . Le club stambouliote a confirmé que le conseil d’administration allait procéder à cette modification «après l’appel du président sur cette question.»

Défenseur de la langue turque, le président Erdogan a pris cette décision car il estimait que le mot «arène» était une notion étrangère qui faisait référence aux combats entre les gladiateurs et les bêtes féroces. «Je suis contre les arènes. Vous savez ce qu’ils faisaient dans les arènes par le passé? Des hommes y étaient dépecés par des animaux», a-t-il expliqué.

Plusieurs clubs turcs vont devoir se plier à la volonté du président Erdogan dans les jours à venir car ils ont incorporé cet anglicisme aux noms des enceintes. C’est le cas pour le stade du club de football de Besiktas (Vodafone Arena) ou de l’équipe de basketball de Fenerbahçe (Ülker Sports Arena). En France aussi, certains stades ont adopté cette dénomination, le MMA Arena au Mans par exemple, ou plus récemment l’AccorHotel Arena, nouveau nom du POBP à Paris.