Erdogan balaye les critiques sur l’annulation du vote à Istanbul

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a balayé samedi les critiques internationales après l’annulation de l’élection municipale à Istanbul remportée par l’opposition, assurant que les Turcs « ne céderont pas aux menaces ».

« Avec la permission de Dieu, notre peuple ne cèdera pas aux menaces et aux pressions », a déclaré Erdogan à Istanbul, lors d’un repas de rupture du jeûne du ramadan.

La défaite le 31 mars de l’AKP à Istanbul, qu’il contrôlait depuis 25 ans, a infligé un camouflet sans précédent à Erdogan, qui a plusieurs fois déclaré dans le passé que « celui qui remporte Istanbul, remporte la Turquie ».

Après un déluge de recours de l’AKP, qui dénonçait des « irrégularités massives », le Haut-comité électoral a provoqué un séisme lundi en annonçant l’annulation des résultats du scrutin municipal remporté par le candidat de l’opposition Ekrem Imamoglu et la tenue d’une nouvelle élection le 23 juin.

Cette décision a été critiquée par les alliés occidentaux de la Turquie.

Washington a jugé qu’une « démocratie turque en bonne santé est dans l’intérêt de la Turquie et de ses partenaires ». Berlin a estimé que la décision du Haut-comité électoral n’était « pas transparente » et était « incompréhensible ».

Erdogan a répondu samedi que « ceux qui essayent de renverser le président élu au Vénézuela ne sont pas habilités à parler de démocratie », en référence à Nicolas Maduro.

« Ceux qui ne peuvent s’élever contre le terrorisme israélien n’ont rien à dire au sujet de notre lutte pour le respect des droits », a-t-il ajouté.