Egypte: deux généraux de l’armée morts du coronavirus

DR.

Deux hauts gradés de l’armée égyptienne sont décédés du nouveau coronavirus en l’espace de 24 heures, selon des annonces faites par la télévision d’Etat dimanche et lundi.

Le général Shafee Dawood, responsable des projets d’infrastructure à l’Autorité de l’ingénierie militaire, est mort à l’hôpital, a annoncé lundi la télévision.

L’annonce de sa mort intervient moins de 24 heures après celle dimanche soir du général Khaled Shaltout, responsable de la gestion de l’eau.

Selon la télévision d’Etat, ce dernier a contracté le virus après avoir été impliqué dans des procédures de « stérilisation » pour contrer la maladie Covid-19.

 

Lire aussi: Coronavirus: la Chine teste un vaccin sur une centaine de volontaires

 

D’autres hauts responsables militaires ont été testés positifs au nouveau coronavirus ces derniers jours, ont indiqué à l’AFP des sources sécuritaires.

L’armée a publié une vidéo la semaine dernière montrant des véhicules militaires répandant du désinfectant dans des rues du Caire, y compris sur la place Tahrir, épicentre de la révolte de 2011 qui a provoqué la chute d’Hosni Moubarak.

Depuis plusieurs décennies, l’armée égyptienne est fortement impliquée dans l’économie du pays. C’est elle qui, grâce à son entité d’ingénierie, dirige la construction de la nouvelle capitale à 50 km à l’est du Caire, projet cher au président Abdel Fattah al-Sissi.

En Egypte, 327 cas de nouveau coronavirus et 14 morts ont été officiellement déclarés.

Le porte-parole du ministère de la Santé, Khaled Megahd, a précisé récemment que le virus avait été détecté dans 24 gouvernorats sur les 27 que compte le pays.

Dimanche soir, le président Abdel Fattah al-Sissi avait affirmé à la télévision que l’Egypte gérait l’épidémie de nouveau coronavirus « en toute transparence », récusant les accusations d’opacité dont les autorités ont récemment fait l’objet.

 

Lire aussi: Coronavirus au Maroc: le bilan grimpe à 122 cas

 

Sur les réseaux sociaux, des Egyptiens ont critiqué la gestion de la crise par le gouvernement, soulevant la crainte de cas non-déclarés officiellement dans le pays le plus peuplé de la Méditerranée avec 100 millions d’habitants.

Parallèlement, plusieurs pays ont fait état de la contamination de personnes y ayant récemment séjourné.

En réponse à l’épidémie, les autorités égyptiennes ont récemment décidé la fermeture des écoles et des universités, des lieux de cultes, des musées et sites archéologiques, des aéroports ainsi que la fermeture nocturne des cafés, restaurants et discothèques jusqu’au 31 mars.