Egypte: arrestation du patron des douanes pour "corruption"

332
DR.
Le président du service des douanes égyptiennes a été arrêté lundi pour « corruption », une accusation liée à un phénomène endémique dans le pays, a annoncé l’Autorité de contrôle de l’administration dans un communiqué.
Selon cet organisme chargé de veiller à la probité dans la fonction publique, Gamal Abdelazim « a obtenu des pots-de-vin (…) en échange de la contrebande de biens interdits à l’importation et sans paiement des droits de douane dus ».
Abdelazim est également accusé d’avoir demandé à ses employés de « préparer des rapports contraires à la réalité afin de réduire les amendes sur les biens saisis », ajoute le texte sans plus de précisions.
Abdelazim avait été nommé à son poste en mai par le précédent ministre des Finances. L’actuel ministre des Finances Mohamed Maeit a prêté serment en juin.
Les citoyens égyptiens se plaignent régulièrement de la corruption dans l’administration.
Le président Abdel Fattah al-Sissi a fait de la lutte contre ce fléau l’un de ses chevaux de bataille depuis sa première élection en 2014.
En 2017, Transparency International avait jugé que « les niveaux de corruption en Egypte sont encore élevés en l’absence d’une réelle volonté politique de la combattre ».
L’ONG, qui milite contre les délits financiers, a notamment souligné l’éviction en 2016 par Sissi de l’ancien chef de la lutte anti-corruption Hicham Geneina, « pour avoir exposé publiquement combien la corruption avait coûté à l’Egypte ».
L’Egypte est classée à la 117e place (sur 180) à l’index 2017 sur la perception de la corruption établi par Transparency International.