Dix-sept migrants retrouvés morts sur un bateau au large des Canaries

DR.

Dix-sept personnes ont été retrouvées mortes sur un bateau transportant des migrants au large des îles Canaries, et trois ont été sauvées, ont annoncé les secours en mer espagnols.

Le bateau avait d’abord été repéré par un avion de l’armée espagnole à quelque 265 milles marins (environ 500 km) au sud-est de l’île d’El Hierro, la plus petite des Canaries, et un navire de secours en mer a été envoyé dans la zone.

Les trois survivants ont été secourus par hélicoptère, a précisé une porte-parole.

« Les trois hommes souffraient d’hypothermie mais étaient pour le reste en bonne condition » a-t-elle déclaré à l’AFP, ajoutant qu’ils avaient été héliportés à l’hôpital d’El Hierro.

Les migrants étaient tous des Africains subsahariens, a précisé le porte-parole.

La provenance de l’embarcation n’a pas été établie.

Plus tôt ce mois-ci, quatre personnes ont été retrouvées mortes dans un bateau qui transportait 23 migrants au sud d’El Hierro.

 

Lire aussi: La Marine Royale porte secours à 165 migrants, dont 27 Bangladais et un Birman

 

La traversée maritime vers les îles atlantiques à partir de la côte marocaine est de plus de 100 kilomètres, mais c’est une route dangereuse en raison de forts courants, tandis que les navires sont généralement surchargés et en mauvais état.

L’année dernière, 1.851 personnes ont péri sur cette route, selon l’ONG Caminando Fronteras, qui assure le monitoring des flux de migrants.

Le mois dernier, ce sont « au moins » 283 migrants qui ont péri en mer alors qu’ils tentaient de rejoindre les îles Canaries depuis la Mauritanie, a tweeté la fondatrice de cette ONG, Helena Maleno.

 

– effet Covid –

 

Les arrivées de migrants aux Canaries ont augmenté après l’augmentation du nombre de patrouilles sur la côte Sud de l’Europe, ce qui a considérablement réduit les traversées en Méditerranée, avec 3.400 personnes arrivant aux Canaries entre le 1er janvier et le 31 mars de cette année, contre moins de la moitié sur la même période de 2020.

Les groupes de défense des droits humains soulignent que la crise du Covid-19 a augmenté le nombre de candidats à la traversée, nombreux étant ceux qui ont perdu en Afrique leur travail et leurs moyens de subsistance.

La garde civile espagnole a par ailleurs indiqué lundi qu’une centaine de migrants étaient partis à la nage du nord du Maroc la veille pour rejoindre l’enclave espagnole de Ceuta.

 

Lire aussi: Maroc: une militante espagnole des droits des migrants dit avoir été « expulsée violemment »

 

Partis des plages marocaines proches de Fnideq (aussi appelée Castillejos), à quelques kilomètres au sud de Ceuta, « certains sont arrivés jusqu’à la plage (de Ceuta) par leurs propres moyens », a détaillé un porte-parole de la garde civile de Ceuta à l’AFP, tandis que la majorité ont dû être secourus.

Aucun mort ni blessé n’a été recensé côté espagnol parmi ces migrants, parmi lesquels se trouvaient des mineurs, qui sont partis à la nage « durant toute la journée » par « groupe de 20 ou 30 », longeant la côte au loin. Trois personnes ont en revanche été hospitalisées pour hypothermie.

Les garde-côtes espagnols sont également intervenus pour secourir ces migrants qui ont ensuite été pris en charge par la Croix-rouge et la police