Diapo. Chute de Grenade: un anniversaire qui divise les Espagnols

1431
Crédit: Ideal.es

Les Grenadins ont célébré ce mardi 2 janvier le 526e anniversaire de la fin de la « Reconquista » et la prise de Grenade par les rois catholiques.
Depuis plusieurs années, cette célébration attire des milliers de personnes réparties en deux groupes: les sympathisants et les détracteurs. Ces derniers qualifient la commémoration de la Chute de Grenade de «xénophobe, anachronique et raciste». Et l’édition 2018 n’a pas dérogé à la règle.
Sur la place Carmen, ou se trouve la mairie de Grenade, les premiers échanges de cris ont commencé peu avant 11h30, au moment du défilé de la Légion, qui a marqué le coup d’envoi de la commémoration. Accompagné des conseillers et représentants administratifs, le cortège s’est dirigé vers la Capilla Real, où reposent les Rois Catholiques, pour faire une offrande de fleurs.
Une centaine de participants étaient postés sur la place Carmen pour épauler les forces de l’ordre et répondre aux cris des détracteurs, qui scandaient le slogan «aucun peuple ne célèbre sa défaite!», demandant que cette tradition soit remplacée par des actes en l’honneur de Mariana Pineda (héroïne espagnole de la cause libérale au XIXe siècle).


La cérémonie a vu la participation de représentants du Parti populaire (PP), du maire socialiste Francisco Cuenca et six de ses conseillers, ainsi que de représentants de Ciudadanos. Le défilé des Maures et des chrétiens a également eu lieu.
Le 526e anniversaire de la Chute de Grenade s’est terminé peu avant 14h00, sans incident, rapportent des médias locaux. Les protestations contre cette célébration se sont poursuivies sur les réseaux sociaux.