Deux bombardiers russes interceptés à l'ouest de l'Alaska        

582

Deux bombardiers russes ont été interceptés dans l’espace aérien international situé à l’ouest de l’Alaska par des chasseurs américains, qui les ont suivis jusqu’à ce qu’ils sortent de la zone d’identification de la défense aérienne.
La sécurité aérienne des Etats-Unis et du Canada a indiqué samedi qu’il avait intercepté deux bombardiers russes par des avions de chasse américains. Les deux bombardiers stratégiques à hélices de modèle Tu-95 «Bear» ont été «interceptés et identifiés visuellement» vendredi matin par deux chasseurs F-22 du Norad, basés en Alaska. Les deux avions russe volaient au nord des Iles Aléoutiennes, a annoncé le major canadien Andrew Hennessy, porte-parole du Norad. Les avions du Norad ont suivi les bombardiers russes jusqu’à ce qu’ils sortent de la zone, en volant vers l’ouest, a précisé le porte-parole. «Les bombardiers russes n’ont pas pénétré l’espace aérien nord-américain», a précisé le major Hennessy.
La zone d’identification de la défense aérienne (Adiz) est un périmètre dans lequel le trafic aérien est surveillé par l’armée d’un ou plusieurs pays, au-delà de son espace aérien national, pour disposer d’un temps de réaction supplémentaire en cas de manœuvre hostile. Les Etats-Unis en ont établi quatre, mais une dizaine d’autres pays ont également créé les leurs. Celle de l’Alaska s’étend jusqu’à environ 320 km des côtes.
En avril 2017, le Norad et le Pentagone avaient indiqué que des bombardiers russes avaient été repérés en trois occasions au large des côtes d’Alaska et du Canada. Il s’agissait alors du premier incident de ce type depuis deux ans et demi, selon le Pentagone.