Deuil national en Egypte après le carnage dans une mosquée du Nord-Sinaï

Crédit: AFP

L’Egypte a entamé samedi trois jours de deuil national en hommage aux 235 morts tombés la veille dans une mosquée, la plus sanglante attaque de l’histoire récente du pays, tandis que l’armée lançait en réplique de premières frappes contre ses auteurs désignés.

Encore non revendiqué, même si tout pointe vers une opération djihadiste, l’attentat survenu lors de la prière du vendredi dans la mosquée al-Rawda de Bir al-Abed, à 40km à l’ouest d’Al-Arich, capitale de la province du Nord-Sinaï, s’est soldé par au moins 235 tués et 109 blessés.

Le président Abdel Fattah al-Sissi a promis de répondre avec « une force brutale » à cet attentat. « Les forces armées et la police vengeront nos martyrs », a assuré le chef de l’Etat, tandis que ses services déclaraient trois jours de deuil national après cette attaque rarissime contre une mosquée.

Quelques heures plus tard, l’armée annonçait avoir procédé à des frappes aériennes dans la région, où les forces de sécurité combattent la branche égyptienne du groupe jihadiste Daech.

L’armée de l’air « a détruit plusieurs véhicules utilisés dans l’attaque » et « ciblé plusieurs foyers terroristes contenant des armes et des munitions », annonçait dans la nuit le porte-parole de l’armée, Tamer el-Refaï.

La mosquée al-Rawda est notamment fréquentée par des adeptes du soufisme, un courant mystique de l’islam honni par Daech.