Des progressistes américains veulent bloquer une vente d’armes à Israël

243
DR.

La jeune élue du Congrès américain Alexandria Ocasio-Cortez et d’autres progressistes ont présenté mercredi une résolution pour tenter d’interdire une vente d’armes à Israël, une initiative qui a très peu de chances d’aboutir mais démontre les tiraillements des démocrates face au conflit israélo-palestinien. 

« Alors que de nombreuses voix, y compris celle du président (américain) Biden, soutiennent un cessez-le-feu, nous ne devrions pas envoyer des armements +d’attaque directe+ au Premier ministre (israélien) Netanyahu pour prolonger la violence », a écrit l’élue démocrate de la Chambre des représentants dans un communiqué.

« La triste vérité c’est que ces armes sont vendues par les Etats-Unis à Israël en sachant parfaitement que la grande majorité seront utilisées pour bombarder Gaza », a renchéri Rashida Tlaib, une élue de la Chambre d’origine palestinienne.

Le Congrès a été officiellement informé le 5 mai d’une vente d’armes destinée au ministère israélien de la Défense d’un montant de 735 millions de dollars. Selon les règles parlementaires, les élus ont jusqu’à ce jeudi pour présenter une résolution s’y opposant, et l’approuver.

Mais les chefs démocrates, qui ne soutiennent pas cette résolution, n’ont pas fixé de date pour un vote.

Une grande majorité des Américains juifs se disent démocrates et le parti a traditionnellement soutenu Israël, hormis quelques rares voix critiques.

 

Lire aussi: Biden durcit le ton avec Netanyahu, appelle à une désescalade « aujourd’hui »

 

L’embrasement entre Israël et les Palestiniens a toutefois réveillé de nouvelles critiques envers l’Etat hébreu chez les démocrates modérés. Mais la dernière initiative des progressistes reste pour l’instant circonscrite à la gauche du parti.

Certains démocrates modérés avaient envisagé en début de semaine de demander un report de cette vente d’armes, mais ils se sont finalement ravisés.

Les républicains, eux, ont encore affiché un soutien sans faille envers l’Etat hébreu mercredi. Plusieurs sénateurs ont ainsi exhorté, lors d’un discours, « Joe Biden et son administration à défendre notre allié Israël ».

L’un d’eux, le conservateur Ted Cruz, a vivement critiqué sur Twitter l’initiative des élues progressistes, en affirmant qu’elles visaient « une promotion pour passer de porte-parole du Hamas à ministres de la Défense du Hamas ».

Joe Biden a durci le ton mercredi avec Benjamin Netanyahu, en appelant à une désescalade dès « aujourd’hui » en vue d’un cessez-le-feu.

Après une neuvième nuit de violences, les frappes aériennes israéliennes se sont intensifiées mercredi sur la bande de Gaza.