H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelle.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Des milliers de Palestiniens ont participé mardi à Ramallah, en Cisjordanie occupée, aux funérailles d’une militante des droits humains, dont la mère est emprisonnée en Israël.

    Suha Jarrar, une Palestinienne de 31 ans, a été retrouvée morte chez elle dimanche à Ramallah. Les causes de son décès ne sont pas connues et sa famille attend les résultats de l’autopsie, a indiqué à l’AFP Shawan Jabarin, le directeur de l’ONG Al-Haq où travaillait la jeune femme.

    Détenue depuis 2019 par Israël, Khalida Jarrar, mère de Suha, n’a pas été autorisée à sortir de prison pour se rendre à l’enterrement, selon Al-Haq.

    « Nous sommes toutes tes filles, oh Jarrar », a scandé la foule venue assister aux funérailles.

    Dans un communiqué, Al-Haq a salué « la force, la patience, la générosité et la résistance de (Suha Jarrar) face à l’extrême injustice et l’occupation militaire israéliennes ». Israël occupe depuis 1967 la Cisjordanie, territoire palestinien.

     

    Khalida Jarrar, une parlementaire de 58 ans, a été condamnée à deux ans de prison en mars pour appartenance au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), une organisation considérée comme « terroriste » par Israël.

    L’armée israélienne n’a toutefois jamais prouvé que Mme Jarrar avait participé à des actions violentes.

    Lundi, des Palestiniens ont manifesté devant une prison militaire israélienne au nord de Jérusalem, où sont détenus de nombreux Palestiniens.

    Omar Shakir, directeur de Human Rights Watch pour Israël et les Territoires palestiniens, a dénoncé la décision d’Israël de ne pas laisser sortir Khalida Jarrar pour l’enterrement de sa fille. « Les autorités israéliennes devraient au minimum l’autoriser à (lui) dire au revoir. »

    Share.

    Comments are closed.