Découvrez en images l’époustouflant musée national du Qatar signé Jean Nouvel

533

Construit à Doha par l’architecte star, l’édifice en forme de rose des sables a été dévoilé à la presse le 27 mars au matin. Premières vues de ce bâtiment hautement technologique, aussi fou à l’extérieur qu’à l’intérieur.

 

Construit par Jean Nouvel, le musée national du Qatar a été dévoilé à la presse le 27 mars au matin, en présence de la Sheika Al-Mayassa Bint Hamad Khalifa Al-Thani, présidente de Qatar Museums et de la Sheika Amna, directrice du musée national du Qatar. De nombreuses personnalités sont attendues pour le vernissage officiel ce soir, dont le Premier ministre français Édouard Philippe ou le couple Nicolas Sarkozy et Carla Bruni.

«Pour construire un bâtiment de 350 mètres de long, avec ses grands disques incurvés, ses intersections, ses éléments en porte-à-faux, il fallait relever d’énormes défis techniques, a indiqué Jean Nouvel, lors de l’inauguration à la presse. L’architecture est le langage d’une époque. Celui-ci est à la pointe de la technologie, comme l’est le Qatar, pays en pleine mutation qui, grâce à cette Rose des sables pourra fortement se démarquer sur l’échiquier mondial», a ajouté celui qui a inauguré en novembre 2017 le Louvre Abou Dhabi, autre prouesse technique s’inspirant elle aussi du contexte et de la culture du pays.

«L’architecture est là pour se poser sans cesse des questions. En dix-huit ans, les discussions pour finaliser ce projet à Doha ont été nombreuses, a renchéri Jean Nouvel. Tout d’abord du temps de feu le cheikh Saud bin Mohammed Al-Thani, insatiable collectionneur dont les achats pharaoniques sur le marché de l’art avaient suscité polémique et enquête. Le projet été repris à zéro à l’arrivée, en 2013, de la Sheikha Al-Mayassa bint Hamad bin Khalifa Al-Thani, sœur de l’ancien émir du Qatar, qui préside aujourd’hui la Qatar Museums Authority (QMA)»

«Il fallait un bâtiment plus démonstratif d’une plus grande échelle et plus visible pour un musée national et c’est ce que nous avons fait», a précisé l’architecte. Mais tout en étant une prouesse architecturale, il n’est pas trop ostentatoire. Sa couleur beige sable (la peau du bâtiment a été réalisée en béton fibré à hautes performances) est celle du sable du désert. Discrète, elle est changeante selon les heures du jour. Pour se fondre avec la mer. Ces deux éléments forts de la géographie du pays reviennent sans cesse dans le discours de l’architecte qui a aussi conçu la muséographie intérieure: un parcours où l’on passe de plafonds bas à de grandes échappées, avec un sol toujours en pente, des murs jamais droits, hommage à son maître Claude Parent, le roi de la ligne oblique…

 

Lire aussi: Vidéo. Le Qatar sur le toit de l’Asie

 

Lorsque l’on traverse les différents volumes, on ne sait jamais à quoi ressemblera le suivant, afin de créer une surprise, une dynamique, une tension. Vous pouvez ainsi passer d’une salle assez haute barrée par un disque en biais, à une autre avec une intersection beaucoup plus basse. L’architecte a réussi à nous déboussoler…

Totale immersion

Le parcours muséographique est aussi une surprise. Nous ne sommes pas dans un musée classique avec des œuvres accrochées sur les murs. D’ailleurs, il n’y en a pas. Ce qui a du reste suscité bien des interrogations, voire des critiques, avant même l’ouverture de cette Rose des sables qui s’apparente plus à un musée des arts et traditions populaires qu’à un musée d’art au sens strict du terme. Le but est de plonger le visiteur dans une totale immersion, visuelle, sonore et parfois physique car on y perd ses repères. Avec les moyens techniques les plus performants pour y parvenir. Quitte à tomber parfois dans le trop démonstratif ou dans le trop kitsch…

Sur 7 000 mètres carrés d’espace d’expositions permanente (1 700 pour celles temporaires), le parcours raconte en images – les objets n’étant souvent là que pour appuyer le propos – les différents visages du Qatar et de son histoire. Produits par des réalisateurs et des vidéastes (Land and see dirigé par Jacques Perrin et Christophe Cheysson ou The coming of oil par Doug Aitken), ces films de courte durée (de 3 à 20 minutes) sont des témoignages poétiques et évocateurs des époques passées. Jusqu’à la découverte du pétrole et du gaz. Ils ne seront pas montrés ailleurs, car ils ont été réalisés spécifiquement pour le musée. Et ils sont adaptés aux formes et à l’échelle des murs sur lesquels ils sont projetés.

En mouvement, la Rose des sables est construite autour du Palais royal de cheikh Abdullah bin Jassim Al Thani, joyau patrimonial du Qatar nouvellement restauré. Il donne sur la grande place que l’architecte assimile à un «caravansérail, lieu de rencontres et d’animation». Les disques de la rose forment comme un matelas protecteur contre le soleil. Ils créent des ombres pour rendre le bâtiment efficient sur le plan énergétique. En contrebas, donnant sur la corniche, un bassin est animé par les 114 fontaines en forme d’arabesques de Jean-Michel Othoniel. C’est l’une des commandes passées à des artistes contemporains internationaux pour ancrer ce musée dans le XXIe siècle.

Reportage signé Béatrice de Rochebouët