H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Un tireur d’élite israélien a succombé à des blessures infligées il y a neuf jours par des tirs en provenance de la bande de Gaza, lors d’affrontements entre des manifestants palestiniens et les forces de l’Etat hébreu, a annoncé lundi la police israélienne.

    Barel Hadaria Shmueli, 21 ans, était un tireur d’élite de la police aux frontières et a été blessé le 21 août près de la barrière frontalière séparant le sol israélien de l’enclave de Gaza, lourdement gardée par l’armée israélienne.

    Des heurts avaient éclaté ce jour-là entre des habitants du territoire palestinien, venus manifester le long de la barrière à l’occasion du 52e anniversaire de l’incendie à Jérusalem de la mosquée Al-Aqsa, et les forces israéliennes postées de l’autre côté.

    Barel Hadaria Shmueli était dans un état critique depuis qu’il avait été touché par des tirs lors des affrontements, avait indiqué la police israélienne.

    « Après plus d’une semaine durant laquelle il s’est battu pour rester en vie, aidé par l’équipe de l’hôpital Soroka (à Beersheva dans le sud d’Israël, NDLR), il a été déclaré mort », a indiqué lundi la police dans un communiqué.

    « Barel était un combattant à la vie et à la mort. Il s’est battu pour sa vie jusqu’au dernier moment et tout Israël a prié pour lui », a salué le Premier ministre israélien Naftali Bennett dans un communiqué.

     

    Lire aussi: Rare rencontre à Ramallah entre un ministre israélien et le président palestinien

     

    Le 21 août, une quarantaine de Palestiniens avaient été blessés par des tirs israéliens lors des heurts, dont deux sont décédés des suites de leurs blessures, selon les autorités locales du Hamas, mouvement islamiste au pouvoir à Gaza.

    Depuis, d’autres manifestations émaillées de heurts avec les forces israéliennes ont eu lieu près de la barrière frontalière, faisant de nouveau des blessés.

    Pendant plus d’un an à partir de mars 2018, des rassemblements hebdomadaires avaient eu lieu à Gaza pour réclamer la fin du blocus et « le droit au retour » des Palestiniens poussés à l’exil lors de la création d’Israël en 1948. Environ 350 Palestiniens avaient été tués par des tirs de soldats israéliens et huit Israéliens avaient péri.

    En mai 2021, Israël et le Hamas, ennemis jurés, se sont livré une guerre de 11 jours.

    Depuis la trêve obtenue via plusieurs médiations, échanges de tirs et violences sporadiques se poursuivent. Dimanche, Israël a mené des raids aériens sur Gaza après des lancers de ballons incendiaires vers son territoire depuis Gaza.

    Share.

    Comments are closed.