Covid-19: l’UE approuve un contrat pour le vaccin Pfizer/BioNTech

359

La Commission européenne a annoncé mercredi avoir approuvé un contrat avec l’américain Pfizer et l’allemand BioNTech, pour acheter jusqu’à 300 millions de doses de leur vaccin contre la Covid-19.

Il s’agit du quatrième contrat de ce type entre l’Union européenne et des groupes pharmaceutiques.

Pfizer et BioNTech ont annoncé dans un communiqué qu’ils prévoyaient les premières livraisons de leur vaccin « fin 2020, sous réserve du succès clinique et de l’obtention des autorisations des régulateurs ».

Les deux laboratoires avaient annoncé lundi que leur vaccin était « efficace à 90% » contre les infections au Covid-19.

« La Commission a travaillé à construire un portefeuille diversifié de vaccins potentiels basés sur différentes technologies », a expliqué mercredi un porte-parole de la Commission, lors d’une conférence de presse.

Il a souligné que les livraisons interviendraient seulement quand le vaccin aura prouvé qu’il est « sûr et efficace ».

 

Lire aussi: Vaccination anti-Covid-19: quelque 10 millions de doses pour une première étape

 

 

L’UE a déjà signé trois contrats pour précommander d’éventuels vaccins: avec le suédo-britannique AstraZenaca et l’américain Johnson & Johnson (jusqu’à 400 millions de doses auprès de chacun), ainsi qu’avec le duo franco-britannique Sanofi-GSK (jusqu’à 300 millions de doses).

L’UE a également conclu des accords préliminaires avec l’allemand CureVac et l’américain Moderna.

La Commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, a expliqué mercredi qu’elle n’était pas en mesure d’indiquer une date pour l’arrivée des premiers vaccins. « Il y a encore plusieurs étapes à franchir avant de pouvoir annoncer un calendrier », a-t-elle déclaré à la presse.

La distribution de tout vaccin sera notamment suspendue au feu vert du régulateur, l’Agence européenne des médicaments (EMA). L’UE a jusqu’ici évoqué « début 2021 » pour la disponibilité des premières doses.

Mais Mme Kyriakides a souligné que l’arrivée d’un « vaccin sûr et efficace ne sera pas une solution miracle qui fera disparaître la Covid-19 du jour au lendemain (…) Il faudra encore continuer avec les mesures (de gestes barrières ou restrictions, NDLR) jusqu’à ce qu’on ait atteint une part significative de la population » vaccinée.